Les forêts tropicales dans le tordeur de l’agriculture industrielle

0
Des pans toujours plus vastes des forêts tropicales disparaissent à l’échelle mondiale alors que les gouvernements et les entreprises procèdent à de la déforestation pour ensuite pratiquer de l’agriculture de type industriel, révèle une étude de l’Université Duke.
Cette analyse récemment publiée indique que la destruction de parcelles forestières pour permettre aux fermes industrielles de prendre de l’expansion sont responsables d’une proportion croissante – parfois, près de 50% – de toutes les pertes de territoires forestiers recensés dans les tropiques entre 2000 et 2012.
Ce phénomène est particulièrement flagrant en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud.
« En Amérique du Sud, plus de 60% de l’augmentation de la déforestation est due à la croissance de clairières de taille moyenne et grande qui sont typiques de ce que vous pouvez constater dans le cadre d’activités agricoles de type industriel », affirme Jennifer Swenson, professeure adjointe en pratique de l’analyse géospatiale à la Nicolas School of the Environment de l’Université Duke.
« Le Brésil, qui avait des politiques très strictes en matière d’expansion agricole jusqu’en 2012, était le seul pays démontrant une inversion de la tendance – l’ampleur de la déforestation a en fait diminué », poursuit-elle. « Cette tendance unique pourrait toutefois faire long feu, en raison des politiques brésiliennes plus laxistes des dernières années. »
Les constatations comprises dans l’étude soulignent l’importance grandissante d’interventions politiques visant les producteurs agricoles à grande échelle dans les tropiques, estiment les chercheurs.
Une petite ferme familiale pratiquant l’agriculture de subsistance ou de la nourriture pour consommation locale entraîne la destructions de moins de 10 hectares de forêt par année, mentionne le doctorant Kemen Austin, coauteur du rapport. Ces petites destructions peuvent avoir des impacts modestes sur la biodiversité, la connectivité des habitats, le stockage du carbone, la qualité de l’eau, le contrôle de l’érosion et d’autres services vitaux fournis par les forêts.
 En comparaison, une exploitation d’ampleur industrielle, comme un site qui ferait pousser et transformerait de l’huile de palme ou des fèves de soya destinées au marché mondial, peut entraîner la disparition de près de 1000 hectares de terres forestières par année. « Au fur et à mesure que la destruction augmente, les possibles impacts écologiques prennent eux aussi de l’ampleur », mentionne Danica Schaffer-Smith, une autre étudiante au doctorat.
Partagez

À propos du journaliste

Pieuvre.ca

Répondre