Baroud d’honneur pour Banshee: The Complete Fourth Season

1

Patrick Robert

L’heure est venue de faire ses adieux à la série la plus violente du petit écran, avec la quatrième et dernière saison de Banshee, maintenant disponible en Blu-ray, DVD et vidéo sur demande.

La pochette du coffret

Dix-huit mois après que le vol de six millions de dollars sur une base militaire se soit soldé par la mort de Gordon et le kidnapping de Job, les choses ont bien changé dans la petite communauté de Pennsylvanie qui possède le plus haut taux de criminalité des États-Unis. À l’insu de tous, le faux Lucas Hood habite maintenant une cabane isolée dans les bois, et comme il a démissionné à la fin de la saison précédente (lire notre critique ici), c’est à Brock Lotus que revient la difficile tâche de faire régner la loi et l’ordre. En plus de composer avec Kai Proctor qui, élu sans opposition, utilise ses pouvoirs de maire pour protéger ses activités criminelles, la vie du nouveau shérif se compliquera davantage lorsque le cadavre d’une troisième jeune femme est retrouvé avec le cœur arraché et qu’il s’agit de Rebecca Bowman, la nièce de Proctor. La ville de Banshee serait-elle aux prises avec un tueur en série?

Pour son dernier tour de piste, Banshee change légèrement de ton. Débutant un an et demi après les événements de la saison précédente, le passé se dévoilera peu à peu, comme les pièces d’un puzzle policier, à travers les nombreux flashbacks de l’intrigue et les sessions de thérapie de Carrie. En délaissant la guerre ouverte contre les Amérindiens et les braquages ambitieux pour se concentrer sur une enquête de meurtre plus classique tournant autour d’une secte sataniste, la série ajoute un soupçon de mystère à son action brute, ce qui lui donne des airs de parenté avec Twin Peaks et True Detective. Avec la montée de l’extrême-droite aux États-Unis, les scénaristes sont étonnamment d’actualité, en explorant la culture des groupes néo-nazis dans cette nouvelle saison.

Opposant l’Amérique traditionnelle à sa version moderne et présentant des activités criminelles typiquement urbaines dans un milieu rural, Banshee manie habilement les contrastes, et certaines scènes sont de véritables petits bijoux de réalisation. La caméra pivote à l’intérieur d’une cellule et juxtapose plusieurs versions d’un même prisonnier pour marquer le passage du temps par exemple. Fidèle à sa réputation, cette saison finale utilise une violence plus graphique que la moyenne des productions du petit et du grand écran, et on pourra voir une tête broyée dans un étau, un homme égorgé par un chien enragé, un autre étranglé avec une corde de basse, et même un néonazi attaché à un arbre qui sera carrément déchiqueté en deux par la chaîne le reliant à un camion.

Tout en reprenant les mêmes rôles, la majorité des comédiens sortent de leur zone de confort dans cette dernière saison de Banshee, à commencer par Hoon Lee, dont le Job, complètement traumatisé après près de deux ans d’emprisonnement et de torture, fait peine à voir. Interprété par Tom Pelphrey, le personnage de Kurt Bunker, un ancien néonazi recouvert de croix gammées qui tente de se racheter en travaillant pour la police, demeure l’un des ajouts les plus intéressants de la série. Jouant son frère, Chris Coy livre une performance digne d’Edward Norton dans American History X. On apprécie l’évolution d’Anthony Starr, dont le Lucas Hood mènera ironiquement sa première véritable enquête alors qu’il n’est même plus policier. Promu shérif, Matt Servito aura l’occasion de montrer que Brock Lotus est capable, lui aussi, de botter des culs. Dans le rôle d’une agente du FBI plutôt baveuse, Eliza Dushku s’ajoute à une distribution déjà bien fournie.

Banshee: The Complete Fourth Season contient l’intégrale de la saison finale, qui s’avère un peu plus courte que les précédentes avec seulement huit épisodes au lieu de dix. En plus des trois disques au format Blu-ray, le coffret inclut également un code pour télécharger une copie numérique. Du côté du matériel supplémentaire, deux des épisodes s’agrémentent d’une piste de commentaires, et tous proposent une revuette de deux minutes où les créateurs et les comédiens principaux évoquent les thèmes abordés. On compte aussi huit courts antépisodes prenant place avant le début de la série, une demi-douzaine de scènes retirées du montage, ainsi que deux hommages amusant, où les membres de l’équipe parlent du costume le plus spectaculaire de Job, ou évoquent leur bataille préférée des quatre saisons.

Contrairement à d’autres productions qui finissent par s’essouffler, Banshee tire sa révérence alors qu’elle est au sommet de son art. On s’ennuiera définitivement de cette petite ville de Pennsylvanie pas comme les autres, mais au moins, cette quatrième saison conclut en beauté la série télévisée la plus violente du petit écran.

8/10

Banshee: The Complete Fourth Season

Réalisation : OC Madsen, Everardo Gout, Loni Peristere, Jonathan Tropper

Scénario : Jonathan Tropper, David Schickler, Adam Targum, Liz Sagal, Chad Feehan

Avec : Antony Starr, Ivana Milicevic, Ulrich Thomsen, Hoon Lee, Lili Simmons et Tom Pelphrey

Durée : 480 minutes
Format : Blu-ray (3 disques)
Langue : Anglais, français, espagnol et allemand

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Banshee: The Complete Fourth Season [Blu-ray] - Patrick Robert

Répondre