Ticket to Ride – Rails and Sails: plaisir mondial

0

Hugo Prévost

En voiture! Ou doit-on plutôt dire « larguez les amarres! »? La compagnie Days of Wonder lance une nouvelle déclinaison de l’ultrapopulaire jeu de société Ticket to Ride. Et cette fois, les bateaux sont de la partie.

Voilà plus de 10 ans que la franchise cumule les records de vente, et après une série de plateaux de jeu allant des États-Unis à l’Inde, en passant par l’Europe, ou encore la Suisse, le créateur Alan R. Moon a décidé de pimenter un peu les choses en changeant un peu la mécanique.

Le principe de base demeure le même: les joueurs pigent des cartes de différentes couleurs pour ensuite relier deux villes entre elles à l’aide de pièces représentant des moyens de transport. L’objectif final étant de réussir à relier deux destinations correspondant à des cartes spéciales pigées en début de partie.

Pour Rails and Sails (ou Autour du monde, en français), les wagons de train font ainsi une place aux navires, alors que deux nouvelles cartes permettent de naviguer sur différents océans et plans d’eau du monde. La première carte, qui englobe la planète, donne ainsi l’occasion de naviguer sur les sept mers, tandis que la seconde, qui situe l’action dans la régions des Grands Lacs, permet de rejoindre des destinations aussi exotiques que Rouyn-Noranda, Sudbury, ou encore Chicago.

Les cartes colorées à piger sont donc désormais séparées par moyen de transport. Autre nouveauté, les joueurs doivent choisir correctement le nombre de wagons et de navires dont ils disposeront au cours de la partie. Car si l’on retrouve 50 bateaux et 25 wagons par personne, il n’est permis de conserver qu’un total de 60 pièces. Et ceux qui désireraient interchanger des pièces en cours de partie le feront à leur frais: chaque remplacement coûtera un point.

Rails and Sails remplace aussi les gares ferroviaires, anciennement utilisées en dernier recours pour « emprunter » le trajet d’un adversaire entre deux villes, par des ports qu’il est maintenant essentiel de construire pour éviter de perdre des points. Et ces ports ont eux aussi un prix important: il faudra jouer quatre cartes d’une même couleur, deux wagons et deux navires, mais ces cartes devront aussi afficher des symboles spéciaux.

Bref, une partie du nouveau Ticket to Ride demande plus de réflexion et de préparation que ses prédécesseurs, et c’est tant mieux. Le plaisir est certainement toujours au rendez-vous, et les changements apportés redonnent en fait un coup de jeune à une série qui prouve qu’elle en a encore dans le ventre.

Côté présentation, Days of Wonder a fait respecter les mêmes normes de qualité qui prévalaient dans les précédentes déclinaisons. Les deux plateaux (un plateau à deux faces, en fait) sont richement détaillées, le carton verni est épais et solide, les cartes à jouer sont également de bonne qualité, et le manuel d’instruction est clair. Seul petit défaut, les pièces représentant les wagons et les navires sont peut-être trop lisses et trop petites, et ont ainsi tendance à glisser des doigts. La faute, peut-être, au fait qu’elles sortaient directement de l’emballage?

Ticket to Ride – Rails and Sails est une nouvelle version d’un classique indémodable, et devrait facilement trouver place dans la collection d’un amateur de jeux de société.

La copie de ce jeu a été fournie par Days of Wonder.

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme.

Répondre