Confirmation: les leçons du passé

1

Patrick Robert

Relatant la nomination du juge Clarence Thomas à la Cour suprême des États-Unis malgré les allégations de harcèlement sexuel pesant contre lui, le téléfilm Confirmation démontre que, malheureusement, les choses n’ont pas beaucoup changé en un quart de siècle.

En 1991, suite au départ de Thurgood Marshall, le premier juge noir à siéger à la Cour suprême des États-Unis, le président George H. W. Bush nomme Clarence Thomas pour lui succéder. Le comité sénatorial chargé de se pencher sur sa candidature ne devait être qu’une simple formalité, mais lorsque Anita Hill, une professeure de droit, se manifeste pour révéler le harcèlement sexuel dont elle a été victime alors qu’elle travaillait pour lui, les audiences qui ne devaient durer que sept jours s’étireront sur plusieurs semaines, créant une bataille politique sans merci entre républicains et démocrates, et un véritable cirque médiatique comme seuls les Américains ont le secret.

Bien que les faits relatés par Confirmation remontent à vingt-cinq ans, le téléfilm de Rick Famuyiwa utilise une histoire pas si ancienne pour aborder des sujets qui sont toujours aussi pertinents. Il suffit de penser à Roger Ailes, le président de Fox News qui a récemment dû démissionner suite aux plaintes de plusieurs présentatrices de la chaîne, pour constater que le problème du harcèlement sexuel est toujours aussi criant. De plus, le processus de nomination des juges à la Cour suprême des États-Unis n’a jamais autant été teinté par la partisanerie politique qu’aujourd’hui. Finalement, il ne faudrait pas oublier que, malgré les accusations très crédibles portées contre lui, Clarence Thomas siège encore à la Cour suprême.

La pochette du coffret

La pochette du coffret

En reconstituant les événements de 1991 avec des comédiens, Confirmation s’avère plus accrocheur qu’un documentaire, sans rien perdre de son côté informatif. La mise en scène donne souvent l’impression d’assister à un pur thriller politique, entre les manigances odieuses pour discréditer la victime, les tentatives pour faire basculer l’opinion publique, ou le racisme évoqué par Clarence Thomas, un élément qui est venu brouiller encore plus les cartes. Le scénario se termine tout de même sur une note positive, puisque les plaintes pour harcèlement ont doublé aux États-Unis après le témoignage d’Anita Hill, et un nombre record de femmes ont été élues au Congrès l’année suivante.

Confirmation prend souvent des allures de drame judiciaire et présente son lot de têtes parlantes, mais on apprécie les nombreuses images d’archives insérées ici et là à travers le montage, dont des vrais extraits d’émissions de télévision, de bulletins de nouvelles, ou les commentaires de quidams interrogés sur la rue à l’époque. Au-delà de la simple ressemblance physique, Wendell Pierce (Clarence Thomas) et Kerry Washington (Anita Hill) livrent des performances nuancées, qui évitent soigneusement la caricature. Il n’est pas évident de jouer une personnalité publique ayant déjà existée, et dans certains cas encore vivante, mais c’est une tâche dont s’acquittent admirablement bien les Greg Kinnear (Joe Biden), Treat Williams (Edward Kennedy), Jeffrey Wright (Charles Ogletree) ou Bill Irwin (Jack Danforth).

L’édition de Confirmation contient le téléfilm sur disque Blu-ray, ainsi qu’un code pour télécharger une copie numérique. Parmi le matériel supplémentaire, on compte deux revuettes où Kerry Washington et Wendell Pierce, les comédiens jouant Anita Hill et Clarence Thomas, évoquent l’impact historique de cet événement sur la société américaine. Un autre document d’une quinzaine de minutes met en vedette les acteurs principaux parlant des vraies personnalités qu’ils interprètent, et de leur rôle dans l’affaire.

Abordant autant la partisanerie que la façon dont sont traitées les victimes de harcèlement sexuel qui prennent le risque de dénoncer leur agresseur, Confirmation revisite le passé pour parler de problèmes toujours brûlants d’actualité, dans un téléfilm intelligent qui plaira aux amateurs de drames politiques.

7/10

Confirmation

Réalisation : Rick Famuyiwa

Scénario : Susannah Grant

Avec : Kerry Washington, Wendell Pierce, Greg Kinnear, Jeffrey Wright et Bill Irwin
Durée 
: 110 minutes
Format : Blu-ray
Langue : Anglais, français et espagnol

Partagez

À propos du journaliste

Patrick Robert

Cinéma, musique, jeux vidéo ou bandes-dessinées, Patrick partage sa passion pour la culture populaire depuis plusieurs années à travers les critiques, les entrevues, ou les textes d’actualité qu’il signe pour de nombreux médias, parmi lesquels le blogue de Ztélé, La Vitrine, Le Coin du DVD, et évidemment, Pieuvre.ca.

Un commentaire

  1. Pingback: Critique Confirmation [Blu-ray] - Patrick Robert

Répondre