Martin Matte revient pour une troisième fois à la barre des Beaux Malaises

0

Jim Chartrand

@JSChartrand

C’est mardi après-midi qu’étaient présentés aux médias trois épisodes de la très attendues troisième saison du méga succès télévisuel que sont Les beaux malaises. Autant vous dire tout de suite que Martin Matte et son équipe ne se sont certainement pas assagis pour ce qui serait selon le réseau TVA la meilleure saison jusqu’à présent.

Si le genre et le ton sont désormais bien établis, Martin Matte a quand même essayé de voir comment il pourrait pousser davantage l’audace de sa série pour son troisième tour de piste. Alors que l’avenir de la série n’est pas encore clair, le réalisateur et collaborateur depuis le tout début Francis Leclerc ayant annoncé son retrait suite à ses nombreux autres projets dont un très attendu nouveau long-métrage, on devra attendre pour découvrir s’il y aura une autre saison ou seulement une petite conclusion pour boucler la boucle.

Néanmoins, Matte a surtout trouvé des façons de multiplier des clins d’œil ingénieux allant des mises en abyme à des sujets connus, mais abordés différemment, tout comme de la meilleure façon de juxtaposer au premier plan le drame et l’humour, un défi beaucoup plus dur qu’il n’y paraît. Il y a après tout quelques flashs narratifs qui valent de l’or et qui risquent d’en désarçonner plus d’un à la maison!

Aussi, à se fier aux trois épisodes présentés, soit les deux premiers et l’avant-dernier, disons qu’on n’a plus peur de rien. Alors que TVA a donné carte blanche, preuve de leur incroyable confiance en ce succès qui multiplie autant les cotes d’écoute que les récompenses, on aborde sans tabou un vibrateur, de la nudité et de l’infidélité avec une assurance qui fait éclater de rire autant qu’elle émeut. Il faudra jeter un œil particulier à l’épisode 9 Don de soi, doté d’une justesse épatante qui sait viser juste dans tout ce qu’il essaie, et, disons qu’il y essaie inévitablement de grandes choses.

Maturité quand tu nous tiens, si des blagues de flatulence demeurent au rendez-vous, il y a une sagesse de réflexion qui se trame toujours en arrière-plan, aidé par le talent grandissant de son excellente distribution. Si l’on découvre avec surprise que Michèle Deslauriers est encore plus drôle et irrésistible que jamais (puisque oui, c’est possible!), on peut aussi compter sur la présence imposante de truculentes participations spéciales dont un Gilles Renaud dont on ne se remettra pas de sitôt!

Après une plus longue deuxième saison auréolée d’un spécial de Noël qui est d’ailleurs rediffusé cette année ce jeudi 17 décembre à 21 h 30, Martin Matte en est revenu à un format plus concis de dix épisodes. Si quelques thèmes reviennent comme la santé, la notoriété et la franchise, tous s’entendent pour dire de ne pas manquer l’épisode 8 intitulé Éducation moderne qui risque de faire grandement jaser.

Comme le retour n’est prévu que dans un peu moins d’un mois, on aura amplement le temps de vous revenir sur le sujet en 2016 avec des entretiens exclusifs avec quelques membres de l’équipe dont Martin Matte lui-même.

Les beaux malaises reviendront sur les ondes de TVA tous les mercredi soir à 21 h dès le 13 janvier prochain.

Partagez

À propos du journaliste

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Répondre