Les classiques du cinéma québécois reviennent sur grand écran

0

Il est toujours excitant de se sentir à l’aube de quelque chose de très grand et, à l’image de l’animal qu’ils ont choisi pour les représenter, le très grand projet de Québécor lance son premier événement qui en impose par son audace et son ambition. Pendant trois jours, ce sera donc une opportunité en or de découvrir ou de redécouvrir dans toute leur splendeur des monuments du cinéma francophone, un nouveau rendez-vous qui va certainement croître avec les années!

Créé il y a près de sept ans en 2008, le projet Éléphant a pour mission de restaurer et préserver notre cinéma, tout comme de le partager à grande échelle, rendant un nombre impressionnant de films de tout genre sur Illico, mais aussi sur iTunes. Approchant leur première décennie d’existence, inspiré du volet Classics du Festival de Cannes, voilà qu’ils décident de voir encore plus grand et de sortir des maisonnées de leur public afin de réunir les passionnés et les curieux lors d’un événement de trois jours.

L’occasion rêvée de voir sur grand écran près d’une vingtaine de longs-métrages qui sont pour la plupart pratiquement impossibles à trouver et qui couvrent, sur cent ans, avec surprise pas seulement le Québec, mais bien toute la francophonie. Ne soyez donc pas surpris d’entendre parler vietnamien pendant L’odeur de la papaye verte, cette coproduction de la France et du Viêt Nam ou wolof dans le film sénégalais Touki Bouki!

Si le partenariat avec la Cinémathèque québécoise se fait instinctivement alors que la majorité des films seront présentés dans la grande salle Claude-Jutra, d’autres très grands titres tel le pratiquement impossible à trouver en Amérique Le grand bleu de Luc Besson, Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy et le film d’animation Le roi et l’oiseau de Paul Grimault (gratuit pour tous ceux en bas de 18 ans) seront présentés dans la très belle salle du cinéma Impérial.

Pour une première édition, disons que l’événement pourrait difficilement être plus attrayant avec tous ces beaux films, ses rencontres, ses expositions et plus. Avec, parmi tant d’autres événements, Entre la mer et l’eau douce, premier film de Michel Brault, présenté en première mondiale dans sa toute nouvelle restauration, difficile de ne pas se trouver des raisons d’y aller!

Mentionnons au passage qu’un tarif unique de 7$ est fixé pour toutes les représentations et que le porte-parole n’est nul autre que le talentueux Maxime Giroux, notre plus récent représentant pour le Canada aux Oscars avec son merveilleux Félix et Meira.

Pour plus de détails, n’hésitez pas à visiter le site officiel: elephantclassiq.ca

Partagez

À propos du journaliste

Jim Chartrand

Jim Chartrand est bachelier de l'Université de Montréal en Études cinématographiques. Il gère également un département Superclub d'une succursale Vidéotron. Et il adore la culture avec le plus grand C que vous pouvez imaginer. En fait, s'il n'avait pas autant de fatigue de sa sage vie remplie, il consommerait encore davantage de ces nombreuses drogues de l'art et du divertissement pour mieux vous en parler. Puisque avouons-le, rien ne lui fait plus plaisir que de conseiller et guider les autres, même si ses avis ne font pas toujours l'unanimité. Il se fait donc un plaisir semaine après semaine de vous offrir des textes sur tous plein de sujets qui le passionnent entre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, et...

Répondre