Trump est encore « trop près » des suprématistes blancs

3

Plus de deux ans après son arrivée au pouvoir, l’Américain moyen n’a pas vraiment changé d’avis à propos du président républicain Donald Trump. Cela vaut également pour les opinions à propos de ses accointances plus ou moins marquées avec les groupes suprématistes blancs, révèle un nouveau sondage.

Selon ce coup de sonde du Pew Research Center, 56% des Américains estiment que le chef d’État en a fait trop peu pour se distancer des groupes nationalistes; 29% croient qu’il a posé les gestes suffisants, tandis que 7% jugent au contraire qu’il s’est trop éloigné de cette mouvance d’extrême droite. Ces opinions sont largement demeurées les mêmes depuis décembre 2016, peu de temps avant l’arrivée au pouvoir du controversé homme d’affaires.

Comme bien d’autres sujets en lien avec M. Trump, les Américains sont largement divisés en fonction de leur appartenance partisane. Les démocrates sont ainsi trois fois plus « à risque » que les républicains d’affirmer que le président n’en a pas fait assez pour prendre ses distances face aux groupes nationalistes (86% de démocrates et d’indépendants prodémocrates contre 26% de républicains et prorépublicains).

Par ailleurs, le sondage effectué entre le 20 et le 25 mars a indiqué que 40% des Américains estimaient que le président effectuait un bon travail, soit trois points de pourcentage de plus qu’en janvier. Le coup de sonde avait été largement complété lorsque le secrétaire à la Justice, William Barr, a annoncé le 24 mars que le procureur spécial Robert Mueller n’avait pas prouvé que l’équipe de campagne de M. Trump avait conspiré avec la Russie lors de la présidentielle de 2016 – M. Barr a depuis déclaré que sa lettre de quatre pages rendue publique après la remise du rapport n’était pas un « résumé » dudit rapport.

Chez les républicains, le président a toujours la faveur des électeurs: 81% des membres de ce parti approuvent son travail à la Maison-Blanche. Chez les démocrates, ce sont plutôt 88% qui sont en désaccord avec lui.

Un président coupable?

Par ailleurs, le sondage effectué avant la déclaration du secrétaire Barr indique que 64% des sondés jugent que M. Trump a définitivement (33%) ou probablement (31%) commis un geste illégal depuis son entrée en poste, ou lors de la campagne électorale. Seuls 32% des électeurs interrogés estiment qu’il n’a probablement ou définitivement rien fait d’illégal.

Une proportion encore plus importante de la population (72%) croit qu’il a posé un geste contraire à l’éthique – 46% des Américains en sont même convaincus.

Cette proportion se transpose également chez les républicains, qui appuient donc leur chef de parti, tout en doutant de l’aspect éthique de sa façon de travailler.

Par ailleurs, 59% des adultes jugent que M. Trump démontre peu ou pas de respect pour les institutions démocratiques des États-Unis. Encore une fois, l’aiguille de ce baromètre politique n’a pas beaucoup changé depuis octobre 2016, un mois avant que Donald Trump ne soit élu à la plus haute fonction du gouvernement américain.


Autres contenus:

L’immigration est bénéfique pour l’économie, même 100 ans plus tard

Partagez

À propos du journaliste

Hugo Prévost

Cofondateur et rédacteur en chef de Pieuvre.ca, Hugo Prévost se passionne pour le journalisme depuis l'enfance. S'il s'intéresse surtout à la politique, à la science, à la technologie et à la culture, Hugo n'hésite pas non plus à plonger tête première dans les enjeux de société, l'économie ou encore les loisirs et le tourisme. Hugo est également membre de l'équipe éditoriale de Pieuvre.ca.