Apprentis ninjas recherchés

0

Au Japon, la diminution du nombre de ninjas dans la ville d’Iga met en péril la tenue du festival ninja annuel, rapporte La Nación du 18 juillet.

À 450 km de Tokyo, le maire de la population rurale de la ville d’Iga, Sakae Okamoto espère encourager le tourisme afin de sauver le patrimoine shinibo ou savoir des ninjas.

Bien qu’Iga soit le berceau de cette armée centenaire formée d’experts en arts martiaux, célèbre pour ses séances d’entraînement peu orthodoxes, peu de jeunes veulent s’engager de nos jours préférant aller vivre dans les grandes villes.

«En ce moment à Iga, nous travaillons dur pour promouvoir le tourisme ninja et obtenir le plus de retombées possible», affirme le maire Okamoto. La ville arrive à attirer 30 000 touristes par année pour son festival ninja, sur une population de 100 000 habitants.

«Par exemple, nous organisons ce festival ninja entre la fin du mois d’avril et le début du mois de mai. Pendant cette période, les visiteurs de même que les locaux viennent ici. Ils seront tous vêtus en ninja, se promèneront et se divertiront, mais j’ai l’impression que ce n’est pas suffisant», poursuit le maire.

Les autorités vont jusqu’à offrir des salaires élevés pour les artisans du festival, certains atteignent 85 000 $ par année.


En complément:

Le Festival des bières de Laval, axé sur la découverte des produits d’ici

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre