Passer la chambre de Ferris Bueller au peigne fin

0

René-Maxime Parent

Rebelle ou entrepreneur du futur, de quelle nature est l’adolescent qui s’absente de ses cours d’une façon sophistiquée dans le film Ferris Bueller’s Day Off (1986) réalisé par John Hughes? Jake Malooley de l’hebdomadaire The Reader a interviewé Sarah Keenlyside, en charge de la reconstitution de la chambre du personnage ( Matthew Broderick ) à l’hôtel Virgin de Chicago.

Sarah Keenlyside a vu le film à sa sortie en salles, à l’âge de 13 ans, et se souvient que les jeunes ne s’identifiaient pas automatiquement au personnage. Comme pour la plupart des adolescents, les affiches qui tapissent les murs et les objets qu’on trouve dans la chambre du héros reflètent son identité. Le décalage avec les tendances des jeunes de l’époque est probablement dû à l’idéalisation de la chambre de l’adolescent moyen par le réalisateur. Le tournant technologique des années 1980 est omniprésent.

À travers ce « portail de l’âge digital », l’adolescent avait une connexion internet à la maison, invraisemblable ou du moins pas commun pour l’année 1986. La chambre est un aperçu d’un nouvel âge technologique et Ferris Bueller en tire avantage en s’amusant. Il incarne le pirate informatique, celui qui infiltre le système qui cherche à tout savoir sur chacun de nous. Le directeur, Mr. Rooney, qui cherche à la coincer se veut l’archétype de ce système.

Sarah Keenlyside a trouvé l’ordinateur personnel de Ferris Bueller, le modèle personnel XT de IBM, au Personal Computer Museum à Brantford en Ontario. Le fondateur du musée, Syd Bolton, a programmé l’ordinateur afin que le dossier d’absentéisme de Ferris Bueller apparaisse à l’écran comme dans le film.

L’ordinateur et le synthétiseur, un modèle utilisé par la formation musicale Depeche Mode, valaient chacun 8 000$ US lorsqu’on les a mis en vente dans les années 1980. L’ensemble des accessoires représente des dizaines milliers de dollars, ce n’est pas tous les adolescents de la banlieue de Chicago qui pouvaient se les procurer.

Au seuil de l’âge adulte, Ferris Bueller a passé plusieurs années à concevoir l’aménagement de la chambre dans laquelle il s’est imprégné. À l’image de son père, un grand homme d’affaires pour avoir une maison aussi luxueuse, ce lieu lui donne une allure présidentielle, notamment par le téléphone rouge.

À l’exception de la compression de la fenêtre, la reconstitution de la chambre est à peu près à l’échelle, mais la chambre d’hôtel est plus petite.

Tour de Chicago

Avec sa copine Sloane ( Mia Sara ) et son meilleur ami Cameron ( Alan Ruck ), Ferris Bueller nous fait visiter la ville. Du sommet de la tour Sears au pied du Chicago Mercantile Exchange, le trio partage des nachos au stade de baseball Wrigley Field et visite le Art Institute. Puis, le héros fait du lyp-sinc pendant la parade du Von Steuben Day.

Des centaines d’amateurs ont participé au Ferris Fest à Chicago du 20 au 22 mai, au coût de 300 $ US pour la passe, d’après le Chicago Tribune.

Partagez

À propos du journaliste

René-Maxime Parent

Rédacteur en chef de la section Société, René-Maxime Parent s’est joint à Pieuvre.ca en 2014. Sa couverture de l’actualité internationale se partage entre l’Amérique latine et la Scandinavie. Son intérêt pour les arts visuels, le cinéma et l’architecture le conduit à parcourir la métropole québécoise régulièrement.

Répondre