Navigation : valve

Who said that life should be boring during a pandemic? While the world is in lockdown, the time is right to go back to an era where video games could revolutionize the industry, or disappear without a trace, all this from a single CD, or even from a floppy disk. Welcome to SVGA, a show about retro gaming in all it’s glory – and horror.

Soucieux de son image et talonné par des détracteurs, le développeur du jeu de soccer automobile Rocket League, Psyonix, annonce la disparition des loot boxes, ces « coffres à butin », bien souvent échangeables contre de l’argent véritable (ou contre une devise spéciale achetable avec de l’argent). Des « plans de construction » remplaceront ces coffres au contenu aléatoire.

Le conflit larvé entre la plateforme numérique Steam et le Game Store du développeur et éditeur Epic Games a pris un nouveau tournant, jeudi, lors de l’annonce de l’acquisition du studio Psyonix, surtout connu pour son jeu de soccer automobile multijoueurs Rocket League.

La série Half-Life en est une de retard. Retard temporel entre le moment de la sortie des différents jeux et celui où il fut possible de s’y aventurer, mais aussi retard technologique, alors que les aventures du docteur en physique théorique Gordon Freeman exigeaient toujours des capacités techniques qui n’étaient atteignables que quelques années plus tard, après l’achat d’un nouvel ordinateur. Quinze ans après sa sortie, Half-Life 2 demeure une référence incontestée en matière d’action, mais aussi de contemplation et de mélancolie.

Les temps pourraient bien s’annoncer plus durs pour Valve, propriétaire de la boutique de jeux vidéo en ligne Steam. Dans la foulée de l’annonce du lancement d’un service concurrent, piloté par le grand nom Epic Games, un sondage révèle que les récents changements annoncés à la distribution des revenus chez Steam inquiète les développeurs, parfois même au point de les convaincre de quitter carrément le service.

Sus aux verrous numériques! La plateforme de distribution de jeux vidéo GOG s’unit à la boutique de musique en ligne Bandcamp et à d’autres acteurs de l’industrie culturelle pour lancer une offensive conjointe contre les DRM – digital rights management -, plaidant plutôt en faveur d’un monde libéré des verrous numériques apposés sur les produits culturels.

La saga des services de pari entourant les modifications visuelles disponibles pour le jeu Counter-Strike: Global Offensive (CS:GO) se poursuit. Après avoir déclaré la semaine dernière qu’il commencerait à agir contre certaines entités concernées par ce dossier, le développeur et éditeur de jeux Valve a désormais concrétisé ses intentions en envoyant des demandes de cessation d’activités à plus de 20 sites de pari différents (y compris un site pour le jeu Dota2).