Navigation : université

Les images ont fait le tour du monde, mais leur contexte s’est quelque peu effacé, avec le temps: en 1970, des manifestations étudiantes sur le campus de l’Université Kent State, en Ohio, tournent à l’émeute, et même au meurtre, quand la garde nationale de l’État tire dans la foule. Bilan: 4 morts, et une Amérique marquée au fer rouge. Le tout est raconté de fort belle manière dans le roman graphique de Derf Backderf, paru aux éditions Ça et Là.

Depuis le début de la pandémie, les établissements d’enseignement postsecondaires craignent la désertion des étudiants peu friands des cours virtuels. Alors que la session d’automne est bien entamée, le Détecteur de rumeurs constate que le pire ne s’est pas réalisé… mais que la chute des inscriptions d’étudiants internationaux pourrait devenir un problème économique pour ces établissements.

À quoi ressemblera la prochaine rentrée scolaire? Le confinement a montré que de nombreux élèves, moins bien équipés ou moins férus des technologies, étaient défavorisés devant l’école à distance. Et lorsque les jeunes ont accès à de l’équipement numérique, c’est dans l’usage qu’ils en font que l’on constate qu’ils ne sont pas tous égaux.

Multiplication des classes virtuelles, mais en contrepartie des salles de cours désertes, des laboratoires inactifs ou fonctionnant avec un personnel minimal et d’énormes baisses de revenus: les universités ont vu leur quotidien changer radicalement avec la pandémie. Et un retour à la normale n’est pas à l’horizon.

Si la pandémie et le confinement qui a suivi a eu un impact majeur sur l’économie, ce ne sont pas tous les travailleurs qui ont subi les contrecoups de cette pause forcée du marché du travail. Sans grande surprise, une récente enquête de Statistique Canada révèle que les employés liés à la production de bien, mais aussi les moins nantis et les moins diplômés ont encaissé un contrecoup plus fort que les autres catégories de travailleurs.