Navigation : turquie

La Turquie et l’Irak ont haussé le ton mardi pour contester la validité du référendum d’indépendance organisé la veille au Kurdistan irakien, le gouvernement turc brandissant explicitement la menace d’une intervention armée pour étouffer cette initiative dont il redoute l’effet de contagion. 

L’Allemagne n’a pas d’autre choix que de retirer les troupes qu’elle a stationnées sur la base aérienne d’Incirlik mise à disposition de l’OTAN par la Turquie car les autorités turques refusent que des parlementaires allemands rendent visite aux soldats, a déclaré Sigmar Gabriel lundi.

Recep Tayyip Erdogan a clamé victoire au référendum sur l’élargissement de ses pouvoirs présidentiels, dimanche, saluant la « réforme la plus importante de l’histoire de la Turquie » bien que les résultats encore officieux soient remis en cause par une partie de l’opposition.

Ce qui devait arriver arriva: le nouveau président américain, fort de son cortège de bénis oui-oui, a décidé de « punir » son homologue syrien Bachar al-Assad pour l’attaque au gaz menée contre des civils, plus tôt cette semaine, et a bombardé l’aéroport militaire syrien d’où aurait été lancé l’ignoble assaut.

La chancelière allemande Angela Merkel a haussé le ton lundi et demandé à la Turquie de cesser de prêter aux dirigeants allemands des « méthodes nazies », ajoutant que Berlin se réservait le droit d’interdire les interventions de responsables turcs sur le sol allemand.

Ankara a annoncé lundi soir une série de mesures de rétorsion visant les Pays-Bas, en vertu desquelles les rencontres bilatérales sont suspendues au niveau des ministres et des hauts dirigeants, et l’ambassadeur néerlandais, actuellement absent de Turquie, est déclaré indésirable.

Les autorités turques ont convoqué lundi le chargé d’affaires de l’ambassade des Pays-Bas à Ankara pour lui remettre officiellement une plainte relative au comportement de la police néerlandaise ce weekend à Rotterdam, a-t-on appris auprès de responsables du ministère des Affaires étrangères.