Navigation : théâtre la chapelle

eule sur scène ou presque, Angélique Willkie se met à nu pour nous livrer la confession de son existence, un récit biographique où elle étale tout, dans une sincérité totale, mais avec une grande économie de mots; des gestes plutôt, une danse musicale et chantée où c’est le corps et sa rage qui s’expriment, ou sa douceur et sa résignation.

Bien des espèces animales émettent de la lumière : crustacés, méduses, poissons, vers luisants… Et nombreuses sont celles qui appartiennent au monde sous-marin, dans les abysses que la lumière du Soleil n’atteint jamais. Bright Worms, la proposition signée Louise Michel Jackson et Magali Babin, présentée à La Chapelle à Montréal, met le spectateur face à la réalité du tout autre, de l’absolue étrangeté avec ses beautés, ses fragilités et son bouillonnement de vie, loin très loin de la présence et aussi de l’intelligence des humains.

Les nouvelles technologies doivent-elle être décriées ou ouvrent-elles vers un nouveau monde susceptible de favoriser les rapprochements humains voire une nouvelle forme d’art ? C’est un peu à quoi le spectacle théâtral Jeff Koons présenté au centre Phi est censé nous inviter. Y parvient-il? Au public de le dire.

Présenté cette semaine au Théâtre La Chapelle, le spectacle Nous serons éternels s’inspire des sonnets de William Shakespeare. La création est portée par quatorze acteurs sur scène, dans une ambiance charnelle et printanière. Ce nouveau spectacle de Patrick R. Lacharité se veut une rencontre à travers les siècles, d’un créateur à l’autre, un hommage à ce que l’art a d’éternel, à la vulnérabilité des individus et à la fougue des Hommes.

Dans L’homme de Hus, présenté au théâtre La Chapelle en collaboration avec la TOHU, l’extraordinaire artiste qu’est Camille Boitel éprouve des problèmes très matériels avec les lourds tréteaux d’une table impossible à installer, et ceci n’est que le commencement d’un spectacle entièrement désopilant.