Browsing: science-fiction

Rempli de mystère et de poésie, Le Visage de Pavil parvient à captiver le lecteur dès les premières pages grâce à son monde unique, et se laisse dévorer jusqu’à la fin. On peut parler d’une vraie réussite de la part de Jeremy Perrodeau, et d’une bande dessinée qui mérite définitivement d’être découverte.

The Marvels amuse par sa légèreté et sa facilité comme un bon blockbuster inoffensif devrait toujours le faire. Rapidement, bien sûr, on se fait rappeler que la saucisse fait partie de la grosse machine (la scène de mi-générique causera à égalité l’exaspération et l’excitation), mais au moins on aura ri et on aura eu du plaisir, ce qui était loin d’être toujours le cas, maintenant, quand on mentionnait Marvel.

Malgré une réussite visuelle, The Invincible est un jeu qui frustre à un point tel que l’on envisagera à plusieurs reprises de tout laisser tomber. On peut voir le potentiel particulièrement mal exploité, et cela ne fait qu’empirer les choses. Un jeu à oublier.

Avec si peu à dire, dépasser les deux heures s’avère trop long pour l’entreprise et que si l’on en a eu plein les yeux tout du long, on ne ressortira pas du visionnement avec grand-chose à en soutirer, malheureusement.

Pourquoi coloniser l’espace? Il y a les impacts qu’on pourrait qualifier de philosophiques — élargir nos connaissances, découvrir de nouveaux horizons —, mais ceux-ci seront inévitablement confrontés aux réalités du moment.

En puisant largement dans l’oeuvre d’Asimov, Foundation s’aventure dans de la science-fiction qui va bien au-delà des pistolets laser, des guerres spatiales et des extraterrestres; il s’agit plutôt d’une exploration philosophique de la nature humaine. Et en soin, c’est là autant un défi gigantesque qu’un risque colossal.