Navigation : routes

Une nouvelle étude des Université McGill et de la Californie, à Santa Cruz, révèle que les rues des villes du monde sont de moins en moins connectées; cette tendance globale alimente l’étalement urbain et vient nuire à l’utilisation du transport collectif.

Il y a quelque chose d’ulcérant à écouter Main basse sur la ville, à observer la médiocrité urbaine étalée à l’écran dans toute sa gloire putrescente. Le documentaire de Martin Frigon, projeté au Cinéma du Parc depuis la toute fin du mois de mars, lève le voile sur l’emprise des grandes compagnies sur le développement de Montréal et des banlieues.

Connue sous le nom de « route de la mort », le tronçon sur une distance de 80 km qui relie la capitale de la Bolivie, La Paz à Coroico dans la région des Yungas est la plus dangereuse des routes d’après le palmarès du quotidien espagnol El País du 17 août. La route étroite aux multiples courbes longeant des falaises à 4650 mètres de hauteur a fait jusqu’à 300 morts par année.