Navigation : route

Une nouvelle étude des Université McGill et de la Californie, à Santa Cruz, révèle que les rues des villes du monde sont de moins en moins connectées; cette tendance globale alimente l’étalement urbain et vient nuire à l’utilisation du transport collectif.

Le climat nordique nous pousse à saler les routes en hiver afin de les rendre sécuritaires. Un déversement qui se poursuit souvent l’été pour limiter la poussière des voies les plus fréquentées. Or, depuis de nombreuses années, les chercheurs ciblent ces sels d’épandage comme étant nocifs, non seulement pour les écosystèmes des bords des routes, mais aussi pour les milieux humides.

Depuis l’implantation au Québec du virage à droite au feu rouge (VDFR), le 13 avril 2003, les piétons doivent regarder plus attentivement avant de traverser la route, sauf sur l’île de Montréal. Mais voilà que les maires de 15 villes de l’île ont récemment réclamé que cette mesure soit étendue à la métropole.

Connue sous le nom de « route de la mort », le tronçon sur une distance de 80 km qui relie la capitale de la Bolivie, La Paz à Coroico dans la région des Yungas est la plus dangereuse des routes d’après le palmarès du quotidien espagnol El País du 17 août. La route étroite aux multiples courbes longeant des falaises à 4650 mètres de hauteur a fait jusqu’à 300 morts par année.