Navigation : revenus

Attendue depuis belle lurette, la vision du gouvernement fédéral à propos des industries culturelles et créatives à l’époque du numérique, finalement dévoilée jeudi, a suscité quelques réactions modérées, mais surtout des critiques dirigées à l’endroit de la ministre de Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

La vie est belle pour les Twilight Struggle, Catan et autres Ticket to Ride: selon les plus récentes prévisions de la firme Research and Markets, l’industrie du jeu de société enregistre depuis l’an dernier une croissance étonnante de 9% sur une base annuelle. Mieux encore, ce bon coup devrait se poursuivre jusqu’en 2022.

Lancer un nouveau média uniquement sur le web au Québec… mais vous n’y pensez pas? Et pour y parler de musique classique, en plus? Le projet Ludwig van Montréal, piloté par la journaliste Caroline Rodgers, démontre non seulement que l’audace journalistique n’est pas chose du passé, mais qu’il est aussi possible de traiter de musique classique de façon intelligente et originale.

Le milieu culturel québécois se porte bien… du moins, lorsqu’il est question des revenus des ventes de billets pour les arts de la scène. Selon une note d’information publiée jeudi par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), ces revenus ont bondi de 20% par rapport à 2015, pour atteindre 278 millions $. Un sommet depuis 2004.

Donna Paz Kaufman est habituée d’entendre les discours défaitistes et apocalyptiques à propos des librairies. « Chaque décennie, depuis que je suis dans cette industrie, quelqu’un a affirmé que les librairies allaient disparaître, et c’était à chaque fois pour une raison différente », affirme-t-elle. Depuis 1992, elle offre ses services de consultante et de formatrice aux propriétaires de librairies indépendantes pour les aider à se retrouver dans cette industrie en constante transformation.

La pouvoir du « tomatomètre » a atteint un point critique, alors que les projections de presse ont lieu de plus en plus tard avant l’ouverture en salles, et que les films tentent d’éviter la sinistre tache verte qualifiant une oeuvre « ratée ».

Mais qu’allions-nous faire dans cette galère? À quelques heures des courses de Formule E prévues cette fin de semaine à Montréal, le maire Denis Coderre, l’un des principaux défenseurs de l’événement, semble incapable de surnager, lui qui semble englué dans les problèmes attribués – à tort ou à raison – au comité organisateur de ce rassemblement sportif.