Navigation : qanon

C’est avec une certaine incrédulité qu’une partie des États-Unis, puis du reste du monde, a observé la croissance du mouvement QAnon. Les adeptes de cette mouvance affirment qu’une cabale satanique et pédophile contrôle secrètement le gouvernement américain, voire la planète. Pourtant, l’histoire que raconte QAnon n’a rien de nouveau, a constaté le Détecteur de rumeurs.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la médecine parallèle et l’extrême droite se rapprochent depuis des années. La COVID-19 a toutefois consolidé cette tendance, en plus de l’ancrer dans le conspirationnisme. Qu’est-ce qui explique cette connivence?

Les théories du complot autour de la COVID-19 sont nombreuses et ceux qui y adhèrent n’aiment pas l’étiquette « théories du complot ». Le Détecteur de rumeurs suggère donc un exercice: que ceux qui adhèrent à une des théories présentées ci-dessous démontrent aux adeptes d’une autre théorie, pourquoi la leur est plus valable que les autres. Si une entente se dégage, le Détecteur de rumeurs promet d’examiner les faits.

En 2015, le meurtre de deux journalistes, en Virginie, devenait le premier à être diffusé en direct sur Facebook. Quatre ans plus tard, c’est de la Nouvelle-Zélande qu’est venue la première tuerie de masse diffusée en direct, et accompagnée de traces numériques laissées délibérément par le tueur. La vitesse à laquelle cette descente aux enfers s’est faite illustre le dérapage social que sont devenus les réseaux sociaux entre les mains d’esprits dérangés.