Navigation : publicité

Marre de voir l’ours blanc isolé sur sa banquise? Ça dépend de votre niveau d’engagement à l’égard de l’environnement. Plus vous êtes militants, plus vous serez sensibles aux images provoquant des émotions négatives comme cette image de Greenpeace montrant une plage recouverte de pétrole.

Champagne! Selon la nouvelle annoncée en grande pompe sur le réseau social mercredi matin, vidéo souvenir à l’appui, deux milliards de personnes – près du tiers de l’humanité, rien de moins! – seraient inscrites sur Facebook. Face à une importance aussi prononcée, on ne sait plus s’il faut se réjouir ou s’inquiéter.

Connaître l’impact de la diffusion pour en améliorer la performance: des entrepreneurs de Québec lancent ce mois-ci StatsRadio, qui est présenté comme un « écosystème alliant de nouvelles technologies et des techniques de sondage éprouvées afin de permettre aux stations de radio de connaître en tout temps la performance de leur antenne ».

Depuis plusieurs années, la marque de boisson gazeuse Pepsi mise sur la culture populaire pour se faire une place dans le cœur des consommateurs. On n’a qu’à penser aux publicités mettant en vedette Claude Meunier, les Denis Drolet ou les iconiques Beyoncé, Pink et Britney Spears.

Des centaines de compagnies retirent leurs billes publicitaires du site web d’information ultraconservateur Breitbart, et les meneurs de cette campagne de désaffection soutiennent que le mouvement prend de l’ampleur.

Google et Facebook ont annoncé lundi de nouvelles mesures visant à stopper la progression et la dissémination des « fausses nouvelles » sur internet en ciblant la façon dont certains de ces fournisseurs de désinformation engrangent des revenus: par la publicité.

Depuis que Facebook a mis à pied, le 26 août dernier, les personnes chargées de faire le tri dans les fils de nouvelles, le réseau social monte en épingle — encore plus qu’avant — les légendes urbaines et les fausses informations.

YouTube est le troisième plus important site web de la planète, un mammouth consulté par des millions de personnes à tous les jours. Le site a également « fait son temps » – ou est sur le point de franchir cette limite – selon un groupe de créateurs de contenu en colère qui affirment que la compagnie a commencé à les censurer.