Navigation : prévisions

L’intelligence artificielle (IA) pourrait donner un coup de pouce pour mieux comprendre les phénomènes météorologiques extrêmes, à partir des montagnes de données produites sur les réseaux sociaux. C’est ce que croit Renée Sieber, professeure agrégée au Département de géographie de l’Université McGill et auteure principale d’une étude récemment publiée.

Les modèles épidémiologiques sont devenus une cible facile pour ceux qui veulent nier le bien-fondé du confinement: plusieurs de ces modèles, de l’Europe à l’Amérique du Nord, ont « prédit » un nombre de décès supérieur à ce qui s’est en réalité produit. Sont-ils à jeter au panier?

La pandémie de coronavirus et le confinement qui l’accompagne font mal, très mal à l’économie canadienne, ainsi qu’à celle de la métropole québécoise. Dans une note d’information publiée plus tôt cette semaine par le Conference Board, il est ainsi mentionné que jusqu’au quart de l’économie nationale pourrait disparaître des suites de la COVID-19.

Ces dernières années, les modèles pour prédire l’évolution future du climat se sont multipliés. Lesquels sont les plus fiables? Peut-être ceux qui prédisent le pire, viennent de conclure deux experts en cycles environnementaux de l’Université Stanford. S’ils ont raison, cela impliquerait un réchauffement de 10 à 20% plus élevé que ce qui est traditionnellement annoncé.

La Grande-Bretagne devra s’endetter davantage que prévu en raison du ralentissement économique attendu après le vote en faveur d’une sortie de l’Union européenne, a annoncé mercredi le ministre des Finances, Philip Hammond, lors de la présentation au Parlement du premier projet de budget depuis la victoire du camp du Brexit en juin.