Navigation : pollution

L’étude a permis d’établir que l’espèce miscanthus était la plus prometteuse, et les biocarburant produits à l’aide de cette plante pourraient permettre d’atteindre l’objectif de 110 milliards de litres par an, avec un coût sous les 1,50 $ le litre.

Le terme « pertes et préjudices » est apparu pour la première fois lors de la COP13, en 2007. Alors que les autres concepts – financement de l’adaptation, de l’atténuation, ou même financement de la transition vers les énergies vertes – ont depuis été pleinement acceptés, celui-là est demeuré dans les limbes.

Les chercheurs ont également examiné les coûts de la pollution atmosphérique liée aux incendies; en fonction de divers critères, les dégâts provoqués uniquement par les GES, en Californie, atteignent environ 100 millions de dollars. Pour l’ensemble des États-Unis, on parle plutôt d’un moins moins d’un milliard. Et à l’échelle planétaire, c’est environ 7 milliards.