Navigation : pfizer

Le 26 mars, l’Agence européenne du médicament a autorisé le laboratoire AstraZeneca à baptiser son vaccin contre la COVID-19 du nom de Vaxzevria. Immédiatement, certains ont allégué, sur les réseaux sociaux et jusque dans les médias, qu’il s’agissait là d’une opération de camouflage pour faire oublier les mauvaises nouvelles entourant le produit. Le Détecteur de rumeurs explique.

Après Pfizer, Moderna et AstraZeneca, le quatrième vaccin contre la COVID à atteindre le fil d’arrivée pourrait aussi être le premier à ne nécessiter qu’une seule dose. Mais sa capacité manufacturière pourrait ne pas être à la hauteur de ses promesses.

Pendant qu’on se réjouit que la distribution du premier vaccin autorisé ait commencé en Grande-Bretagne ou soit sur le point de l’être au Canada ou aux États-Unis, ceux qui seront en charge de la distribution appellent à ne pas se réjouir trop vite… et espèrent que les autres compagnies n’abandonneront pas trop vite.

Alors que commence la vaccination contre la COVID-19, plusieurs questions restent sans réponse, et le resteront pendant des semaines. Le Détecteur de rumeurs a jeté un œil sur huit de ces choses que les chercheurs ignorent encore sur les trois vaccins qui ont été autorisés ou sont sur le point de l’être.