Navigation : Patrice Dubois

Difficile liberté, ce titre d’un ouvrage de Lévinas s’adapterai bien au contenu de la pièce de Tom Schulman, La Société des poètes disparus, montée avec bonheur au Théâtre Denise-Pelletier dans une très belle mise en scène de Sébastien David. Dans la prestigieuse et austère Académie de Welton, les étudiants en uniforme répondent à la discipline et travaillent assidument en espérant plus tard intégrer une grande université. Mais lorsque surgit M. Keating, un professeur non conformiste aux méthodes d’enseignement peu orthodoxes, les étudiants découvrent une autre manière de voir et de se comporter.

Créée en 2017, l’adaptation théâtrale du film Le déclin de l’empire américain de Denys Arcand par le Théâtre PÀP est de retour sur les planches, à l’Espace Go. Ce grand classique du cinéma québécois est-il toujours aussi criant d’actualité? Ou est-il simplement rafraichissant de tout à coup se reconnaitre un peu plus dans les personnages-monuments que le grand scénariste et réalisateur nous a légué?