Navigation : ouverture

Les premières images de la nouvelle bibliothèque de Binhai, dans la ville chinoise de Tianjin, avaient circulé bien au-delà des médias et réseaux sociaux sinophiles lors de son ouverture en octobre: un bâtiment futuriste blanc nacré qui s’étale sur six étages et plus de 33 000 mètres carrés. En son centre, un auditorium sphérique, qui porte le nom pas du tout flippant de « l’Œil », duquel partent des escaliers et étagères ondulées remplies de livres. Le résultat était époustouflant, du moins sur le papier.

La mort de Fidel Castro a souligné le fossé entre générations à Cuba, séparant les enfants de la Révolution qui se souviennent de l’extrême pauvreté qui fut la leur avant la prise de pouvoir des « barbudos » et les plus jeunes qui, tout en appréciant la gratuité de l’école ou du système de santé, se sentent à l’écart des dernières nouveautés du XXIe siècle.

Vendredi dernier, à la Salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal, avait lieu le concert d’ouverture de la 10e édition du Festival Bach de Montréal. Était servi, en ouverture du festival, un Sergeï Babayan qui aurait très bien pu faire office de plat de résistance tant il a ébloui son public en étalant une palette de nuances plus large encore que ce qu’on aurait pu croire possible avec seulement un piano.