Navigation : organismes génétiquement modifiés

L’enquête de Vigilance OGM sur la présence de glyphosate, l’herbicide le plus vendu au monde, dans les urines de certains Québécois, a fait grand bruit à la fin du mois de juin. Mais attention aux interprétations hâtives, explique le Détecteur de rumeurs.

Une lectrice a demandé au Détecteur de rumeurs de vérifier une information qui circule abondamment à propos du tofu. « Chaque fois que je mentionne que j’en mange, il y a une personne qui me dit que c’est bourré d’OGM. J’aimerais savoir si c’est vrai. »

Où sont les OGM dans notre assiette? Les gènes modifiés se cachent-ils dans le tofu, dans les fraises géantes, dans les tomates? En l’absence d’étiquetage, un grand nombre de personnes qui entretiennent des craintes à l’égard des OGM tentent de les éviter en se basant sur des informations trop souvent erronées qui circulent sur le web.

La nouvelle loi américaine imposant l’étiquetage des OGM ne réglera pas le débat. Mais elle lui permettrait de redémarrer sur des bases plus solides. C’est ce que souhaite un éditorial de la revue Nature cette semaine, qui fait suite à une lettre de 110 Nobel, quelques semaines après un rapport de l’Académie américaine des sciences, qui suit des avis similaires de dizaines d’autres organismes.