Navigation : observation

La planète la plus près du Soleil a livré certains de ses secrets à la sonde nommée en l’honneur d’un mathématicien italien.

Des galaxies qui font la file? Des astronomes ont identifié une « ligne » ou un « arc » de galaxies faisant 3,3 milliards d’années-lumière de long — et qui, si son existence devait être vérifiée, présenterait un gros problème pour les théories sur la distribution de la matière dans le cosmos.

La mauvaise nouvelle qui a frappé les amateurs d’astronomie la semaine dernière —avec l’effondrement appréhendé du radiotélescope d’Arecibo— n’est pas sans précédent. À plus d’un millier de kilomètres de là, les amateurs se souviennent encore de l’effondrement du radiotélescope de Green Bank, le 15 novembre 1988.

Un groupe d’astronomes de l’Université du Texas à Austin ont découvert qu’une idée de télescope mise au rancart il y a une décennie par la NASA permet de résoudre un problème insoluble pour tous les autres instruments actuels: étudier les premières étoiles créées dans l’univers. Les résultats des travaux seront prochainement publiés dans The Astrophysical Journal.

Entre les planètes rocheuses où l’on trouve de l’eau, et potentiellement de la vie, comme c’est le cas pour notre monde, la Terre, et celles où l’on trouve des conditions dignes de l’enfer, il y a un pas. Des chercheurs de l’Université McGill, de l’Université de York et de l’Institut indien pour l’enseignement des sciences se sont ainsi penchés sur les conditions prévalant sur l’un de ces mondes infernaux: un « sol » de lave et des pluies de rochers.

En utilisant des données du Dark Energy Surveey (DES), des chercheurs ont découvert plus de 300 objets trans-neptuniens (TNO), soit des planètes de petite taille situées aux confins de notre système solaire, y compris plus de 100 nouveaux objets de ce genre. Publiée dans The Astrophysical Journal Supplement Series, l’étude décrit également une nouvelle méthode pour découvrir des objets similaires et pourrait aider à la recherche de l’hypothétique Planète 9.

Nous avons une nouvelle lune. Et elle est tellement petite qu’elle est probablement là depuis trois ans, en toute discrétion.