Navigation : objectivité

Les organisations s’opposant à la lutte contre les changements climatiques obtiennent une plus grande couverture médiatique que celles qui veulent combattre les émissions polluantes et l’effet de serre, selon une nouvelle étude de l’Université Brown.

Notre époque du « toutes les opinions se valent », ajoutée à l’influence politique de la droite religieuse, complétée par la très efficace désinformation scientifique menée par des industries, comme celle du pétrole… Avec ces trois facteurs, il faut se garder de croire qu’en passant de Bush à Obama ou de Harper à Trudeau, la société nord-américaine a fermé la porte à la guerre contre la science.

« Personne ne le dit jamais, mais dans bien des cas, le réchauffement climatique sera une bonne chose. » C’était le titre d’une tribune du célèbre climato-sceptique Bjorn Lomborg, publiée le 5 mai par The Telegraph. Hélas pour le quotidien britannique et le statisticien danois, quatorze chercheurs en sciences du climat se sont penchés sur l’argumentaire développé dans le texte: à peu près toutes les chevilles du raisonnement contreviennent à l’état des connaissances.