Navigation : nucléaire

La partie est loin d’être gagnée pour l’administration Biden au Moyen-Orient, même si le nouveau président n’a pas perdu de temps pour clamer que « l’Amérique est de retour! ». Selon un récent rapport du Wilson Center, la Russie s’est solidement implantée dans cette région plus que volatile, et il faudra donc que Washington apprenne à contrer Moscou, tout en tenant compte des agissements d’Israël et de l’Iran.

Laisser la chance à la diplomatie, encore et toujours: si les tensions entre les États-Unis et l’Iran sur la question du nucléaire attirent moins l’attention depuis l’éclatement de la pandémie, le risque d’une conflagration au Moyen-Orient est toujours présent, affirment les Nations unies, qui plaident une fois de plus pour le respect de l’accord déjà en place, y compris de la part de Washington et de Téhéran.

Son nom a donné naissance au plus célèbre maillot de bain de l’histoire, mais ses terres sont toujours trop contaminées par les radiations pour y permettre la vie humaine: une équipe de chercheurs de l’Université Columbia a découvert que les tests atomiques effectués sur les îles Marshall, dont l’atoll de Bikini, empêchent tout retour des habitants sur place.

Au moment même où Téhéran pourrait dépasser, dès jeudi, la limite d’uranium enrichi établie en vertu de l’accord sur le nucléaire conclu en 2015, voilà que la chef des affaires politiques des Nations unies lance un appel à préserver l’entente que Donald Trump semble vouloir torpiller par tous les moyens.

Asseoir à la même table les États-Unis et la Corée du Nord, c’est une chose. Mais s’assurer qu’un pays ait mis fin à son programme de fabrication d’armes nucléaires, c’est une autre paire de manches…

La nouvelle donne créée par la décision de Donald Trump de retirer son pays de l’accord sur le nucléaire iranien souligne le besoin pour l’Europe de renforcer son autonomie stratégique vis-à-vis des États-Unis, a déclaré jeudi Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères.

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se sont engagés sur la voie de la réconciliation vendredi, promettant la « dénucléarisation complète » de la péninsule coréenne et l’établissement d’une paix « permanente » et « solide » entre leurs pays toujours techniquement en guerre.