Navigation : nourriture

Une plante réputée pour donner aux bonbons le goût du carton permettrait-elle de contrôler notre consommation de sucre? Le Détecteur de rumeurs et l’Organisation pour la science et la société se demandent si ça ne serait pas trop beau pour être vrai.

Serions-nous plus en santé si nous mangions comme nos ancêtres? Voilà la promesse de certains régimes alimentaires contemporains, comme la diète « paléo », qui est caractérisée par le fait de ne pas consommer d’aliments transformés, ni de céréales, tout en ne mangeant que des produits tels que de la viande, du poisson et des graines. Une nouvelle étude suggère cependant qu’un tel régime alimentaire, pratiqué par des hommes préhistoriques en Norvège, aurait aussi pu comporter une forte part de métaux toxiques.

La situation est de nouveau urgente au Sahel, dans la partie nord de l’Afrique, alors que des millions de personnes sont confrontées à un manque « critique » de nourriture et de moyens de subsistance vitaux, ont dénoncé lundi les Nations unies, qui déplore que le nombre de gens touchés par cette crise alimentaire a augmenté depuis un an, entre autres en raison de l’insécurité et de l’impact des changements climatiques.

Une diète cétogène, qui propose de tirer 99% des calories à partir du gras et des protéines, et seulement 1% à partir des hydrates de carbone, permet d’obtenir des avantages en matière de santé à court terme, mais entraîne des effets négatifs après environ une semaine, ont découvert des chercheurs de l’Université Yale lors de tests sur des souris.

Ce n’est pas une surprise que d’apprendre que les changements climatiques vont altérer les conditions de production de notre alimentation. Et ce n’est pas une surprise non plus que d’apprendre que les pays en voie de développement seront les plus durement touchés. Mais à quel point? 

Ces dernières années, les burgers commerciaux de « viandes végétales » se sont multipliés, surfant sur leur aura santé et sur le courant environnemental. Si l’impact environnemental d’une diminution de la viande rouge ne fait aucun doute, le Détecteur de rumeurs a découvert des bémols quant aux bénéfices pour la santé de ces burgers «sans viande». 

L’agriculture biologique vit actuellement l’une des plus grosses croissances de l’ensemble de l’industrie de l’alimentation, une croissance alimentée en bonne partie par une opposition aux pesticides ou une méfiance à leur égard. Mais un survol de la littérature sur les impacts du « bio » sur la santé conclut… qu’il n’existe pas suffisamment de preuves pour affirmer qu’elle fait une différence sur la santé.