Navigation : manipulation génétique

Si les résultats prometteurs se confirment, il faudra donc des années avant d’espérer voir le traitement utilisé à grande échelle, et c’est sans compter les effets secondaires encore mal compris, et le personnel spécialisé qu’il faudra former.

La décision rendue en juillet dernier par la Cour européenne de justice contre les OGM risque de créer encore plus de confusion, autant pour les scientifiques que pour les futurs juristes qui tenteront de définir ce qu’est un OGM et ce que ce n’est pas.

On commence à peine à comprendre ce qu’est CRISPR, que déjà, voici CRISPR 2.0 qui approche. Des biologistes annoncent avoir créé une version encore plus précise de l’outil susceptible de permettre d’effectuer des manipulations génétiques. Et une version plus sécuritaire, prennent-ils aussitôt la peine d’ajouter.

Ils étaient deux à se batailler pour un brevet, une bataille qui a assombri les nouvelles de la dernière année entourant la technologie de manipulations des gènes CRISPR. Le bureau des brevets a tranché, mais la bataille va se poursuivre ailleurs.

Rien de plus diversifié que les revues de l’année en science: d’un magazine de vulgarisation à l’autre et d’une publication scientifique à l’autre, il y a rarement consensus sur ce qui fut « la » percée de l’année, chacun y allant plutôt de ses listes préférées.

Toutes les revues de l’année 2015 en parlent, et toutes les prévisions 2016 aussi: CRISPR, ou la manipulation des gènes avec une plus grande précision — y compris, ce qui inquiète beaucoup plus, la manipulation des gènes de l’embryon. Pour cette année ou pour cette décennie?