Navigation : magalie lépine blondeau

Dans la pièce la plus célèbre du Suédois Anton Strindberg, l’action se passe durant les festivités de la nuit de la Saint-Jean d’été, et juste après la fête. Cela est exprimé de manière insistante dans les dialogues des trois protagonistes, et cela n’est pas le fruit du hasard.

Pour clore sa saison théâtrale, le TNM présente La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé, une œuvre originale de Michel Marc Bouchard, mise en scène par Serge Denoncourt avec de beaux décors et six acteurs excellents. Le contraste des mentalités entre Québec traditionnel et Québec moderne, ainsi que les secrets de famille sont au cœur de l’histoire; une histoire un peu tirée par les cheveux pour le moins.

Les scénaristes de la minisérie Plan B sont probablement des amateurs de science-fiction; après tout, qui penserait à créer une oeuvre autour de la possibilité de revenir dans le temps? Voilà exactement le raccourci spatio-temporel que découvre Philippe (Louis Morissette), dans les six épisodes de cette courte histoire diffusée sur les ondes de Séries+.

On ne peut certainement pas reprocher aux artisans québécois du 7e art de ne pas manquer d’idées. Dommage par contre que leur créativité ne se retrouve pas au même pied d’égalité en termes d’intérêt puisque ce rare collectif québécois ne réinventera pas la roue.