Navigation : lune

Il est acquis que, dans l’état actuel des choses, les coûts du SLS rendent impensable une poursuite du programme lunaire, au-delà d’Artemis 3, si du moins celui-ci ne doit dépendre que de cette fusée.

Ce n’est pas la première fois que des objets de fabrication humaine créent de tels petits cratères : les troisièmes étages des fusées qui ont mené là-haut les astronautes d’Apollo 13, 14, 15 et 17, ont longtemps tourné autour de la Lune, avant de s’y écraser.

Selon le journaliste spécialisé en affaires spatiales Éric Berger, les États-Unis sont engagés dans « un programme lunaire lent qui, en majeure partie, échoue à atteindre les objectifs » fixés par la « politique spatiale nationale ».

Le constat semble être qu’il serait bel et bien possible à une éventuelle colonie lunaire de faire pousser quelque chose dans le sol de notre satellite naturel.

L’avenir de la Russie dans le cosmos réside-t-il dans un partenariat avec la Chine? Alors même que la Chine avance tranquillement vers l’occupation de sa future station en orbite, les partenariats à plus long terme entre ces deux puissances de l’ère spatiale semblent se multiplier.