Navigation : long-métrage

Il y a (déjà) vingt ans, Harry Potter and The Sorcerer’s Stone, le premier volet de ce qui allait devenir une prolifique franchise cinématographique, prenait l’affiche, et pour souligner l’occasion, les studios Warner viennent de lancer une édition anniversaire bien spéciale du film.

Pourquoi  changer une formule qui fonctionne? Voilà sans doute ce que se sont dit le réalisateur Ilya Naishuller et le scénariste Derek Kolstad au moment de tourner Nobody, un film d’action mettant en vedette Bob Odenkirk, qui s’implique aussi du côté de la production.

Après s’être aventuré dans des territoires qui lui étaient moins familiers, l’éternel fanfaron romantique qu’est le cinéaste Emmanuel Mouret a décidé de retourner à ses premiers amours. La mélancolie encore plus appuyée que précédemment et le savoir-faire et le confort vont cependant lui jouer quelques tours, dans son film Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait.

Phénomène cinématographique récompensé avec raison dans divers festivals, y compris à Cannes, l’an dernier, Portrait de la jeune fille en feu est un récit puissamment revendicateur magnifiquement tourné qui sait conserver juste ce qu’il faut de subtilité pour éviter de tomber dans l’exagération.

L’une des scènes les plus poignantes d’Alexandre le fou, film peut-être légèrement fictif de Pedro Pires, mais qui s’appuie très largement sur une base documentaire, est celle où le personnage principal, joué par un Alexandre Demard qui a bel et bien vécu un épisode de schizophrénie plusieurs années auparavant, écrit une lettre à son fils.

Heureux celui qui découvre pour la première fois The Grand Budapest Hotel, comédie dramatique réalisée et coécrite par l’inimitable Wes Anderson. Merveilleuse porte d’entrée dans l’univers du cinéaste, cette oeuvre sortie en 2014 réussit un tour de force rarement vu ailleurs dans le septième art: nous faire regretter que le film ne dure que 99 minutes.