Navigation : inondation

Que les changements climatiques perturbent les moussons, ou saisons des pluies, cela relevait de l’évidence depuis longtemps. Mais des chercheurs viennent d’y ajouter une mise en perspective avec les données d’un million d’années.

Généralement, les modèles informatiques concernant le climat deviennent de plus en plus complexes à mesure que les chercheurs tentent d’intégrer davantage de détails à propos des systèmes de notre planète, mais selon une équipe de chercheurs de l’Université Penn State, pour évaluer les risques liés aux changements climatiques, des modèles plus simples pourraient s’avérer être un meilleur choix.

L’aquarelle étant cette peinture légère sur papier avec des couleurs délayées dans de l’eau, le documentariste russe Victor Kossakovsky a troqué le pinceau pour la caméra afin de tourner Aquarela (2018). Documentaire filmé en 96 images-secondes et captant les sons des milieux aquatiques, les violoncelles du groupe de heavy métal finlandais Apocalyptica viennent amplifier le tout.

Depuis plus de 20 ans, les crues printanières québécoises se suivent et se ressemblent. De Gatineau à Trois-Rivières, les débordements entrainent de nombreux dommages et des coûts — et même un décès cette année. En matière d’inondations, il semble qu’on ne parvienne pas à tirer des leçons des précédents évènements et cette année ne fait pas exception.

Pendant que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, autorise la pétrolière BP à forer des puits au large de la Nouvelle-Écosse au moment où une résistance contre l’installation d’un oléoduc a lieu en Colombie-Britannique, les glaciers en Arctique continuent de fondre.

Qu’ont en commun les inondations du Saguenay (1996), la crise du Verglas (1998) et le glissement de terrain de Saint-Jude (2010)? Ces catastrophes soulignent notre vulnérabilité face aux éléments naturels. Mais en avons-nous tiré des leçons?