Navigation : français

Une imprécision réglementaire concernant les réseaux québécois de garderies pourrait nuire à la francisation des nouveaux arrivants en évitant que les tout-petits ne se retrouvent dans un environnement francophone avant d’entrer à l’école primaire.

L’immigration fait régulièrement la Une de l’actualité, au Québec et ailleurs. Les opinions divergent, la méfiance s’exprime et les jugements se multiplient quant à la capacité des immigrants à s’intégrer, à participer au marché du travail et même quant à leur nombre. Mais qu’en est-il réellement? Le Détecteur de rumeurs déboulonne certains mythes.

Minuscule à première vue, la capitale de la Belgique constitue un refuge de la francophonie au nord de l’Europe, charmant l’étranger qui l’arpente. Une visite du Musée Magritte et du Musée des instruments de musique s’impose.  

Druide informatique soufflait récemment ses 25 bougies. Pour l’occasion, l’éditeur lançait en grande pompe la 10e version de son produit phare, le correcteur orthographique Antidote, mais aussi une nouvelle déclinaison de l’outil d’apprentissage Tap’Touche. Et ce n’est qu’un aperçu des nouveautés à venir, nous assure-t-on.

Écrire sans fautes. C’est ce que les enseignantes apprennent aux enfants depuis longtemps. Des fautes. Pas des erreurs. Des fautes. Car l’un est fautif de ne pas savoir l’orthographe d’usage. Et pourquoi? Qui a pris la décision, il y a bien longtemps, de mettre un X à hibou ou à cheveux, lorsque ceux-ci sont au pluriel? D’où viennent toutes ces règles, mais, surtout, toutes ces exceptions?

La gestion de plusieurs tâches successives serait particulièrement difficile pour les enfants atteints d’un trouble du spectre de l’autisme; une récente étude révèle toutefois que les enfants bilingues disposeraient d’un léger avantage à cet égard.

À la suite de l’éclatement de la Yougoslavie dans les années 1990, on parle le bosnien à Sarajevo, le croate à Zagreb, le serbe à Belgrade et le monténégrin à Podgorica. Une Déclaration sur la langue commune a été présentée le 30 mars à Sarajevo par des intellectuels pour en finir avec les querelles linguistiques, rapporte le Monde diplomatique de juillet.

« Il y a deux langues officielles au Canada: l’anglais et la traduction simultanée. » La blague est peut-être éculée, mais la dualité linguistique de la fédération canadienne continue de diviser politiciens et citoyens ordinaires.