Navigation : fps

Rétroctopode
0

Rétroctopode – F.E.A.R., ou l’art d’avoir peur dans un corridor

Nous sommes en 2005, et la révolution se déroule dans des corridors d’entrepôt et dans les bureaux déserts d’une entreprise occupée à de sombres desseins mêlant manipulation génétique, télépathie et soldats clonés. Le nom de cette révolution? F.E.A.R., ou la preuve que l’on peut produire un excellent jeu tout en ayant un jeu de mots plus qu’ordinaire dans son titre.

Jeux vidéo
0

SVGA #09: Unreal Tournament, The Frag Fest

Grab your flak cannon and shoot away: in 1999, arena shooters were all the rage. Along with Quake III Arena, Unreal Tournament was the game to play for hours, be it against bots or, preferably, against other human players.

Jeux vidéo
0

The Division 2 – Warlords of New York: chaos dans la Grosse Pomme

Il y a quelque chose à dire à propos de la capacité des gens de chez Ubisoft de prendre The Division 2, un jeu gâché sur le plan scénaristique, et d’en tirer l’essentiel pour proposer Warlords of New York, une expansion qui réussit non seulement à sauver les meubles, mais à offrir une expérience diversifiée, enlevante, et, disons-le, franchement agréable.

Jeux vidéo
0

Battlefield V, la merveilleuse horreur de la guerre

L’attrait de la Deuxième Guerre mondiale est indéniable. Cela étant dit, cela s’explique-t-il par le fait qu’il s’agit de la dernière grande confrontation entre les « bons », soit les Alliés relativement démocratiques, et les « mauvais », les puissances de l’Axe? Ou est-ce plutôt parce que l’éloignement du conflit en gomme les nuances idéologiques, sociales, économiques et politiques? Quoi qu’il en soit, en misant de nouveau sur la guerre de 1939-1945, Electronic Arts et DICE ont remporté leur pari avec Battlefield V.

Rétroctopode
0

Rétroctopode – Serious Sam et une première rencontre qui s’étire

Personne n’avait vraiment vu venir les gens de chez Croteam, en 2001, lorsqu’ils ont lancé Serious Sam: The First Encounter. C’était trois ans après la bombe de Half-Life, à l’époque où les jeux de tir à la première personne étaient largement des choses structurées, avec des scénarios touffus et une progression linéaire. Débarque pourtant Sam, avec ses gros bras et ses multiples armes, qui allait tout casser.

Jeux vidéo
0

GTFO: horreur dans les profondeurs

Il se trame quelque chose, dans les sombres profondeurs de ce complexe souterrain. Ici et là, on peut entendre des gémissements, mais surtout des grognements, comme un avertissement: n’entrez pas ici. Il vous faudra bien y entrer, en compagnie de trois autres mercenaires explorateurs, pour y accomplir de périlleuses missions, généralement au péril de votre existence. Ainsi va la vie. Ainsi va GTFO.

Cinéma / Télévision
0

High Score, entre initiation et nostalgie

Le monde du jeu vidéo est vaste, très vaste. Nous n’en sommes certes pas aux 40 siècles qui nous contemplent du haut des pyramides, mais depuis les tous premiers « jeux », au début des années 1960, les révolutions se sont multipliées et le genre a connu une croissance exponentielle. Avec sa série High Score, Netflix met en lumière plusieurs moments marquants de cette histoire riche et mouvementée.

Jeux vidéo
0

SVGA #05: Doom, A Shotgun, And Some Demons

Are you ready? Ready to rip, to tear, to kill dozens of monsters, to hear the sweet sound of that super shotgun firing two shells right into an imp’s face, transforming its head into a geyser of blood and gore? Welcome to Doom, probably the most influencial first-person shooter of all time.

Jeux vidéo
0

SUPERHOT: Mind Control Delete, le retour de la violence numérique

Il y a quatre ans, déjà, le studio SUPERHOT Team proposait son jeu éponyme. Un jeu de tir à la première personne se déroulant dans un univers virtuel à l’esthétique plus qu’épurée; les décors richement ornés sont remplacés par des surfaces blanches, alors que les ennemis ne sont que des polygones formant une silhouette humanoïde. Après le succès de la première mouture, voilà que survient SUPERHOT: Mind Control Delete, une expansion autonome qui non seulement reprend les ingrédients du premier titre, mais ajoute une nouvelle couche de difficulté –  et de plaisir.

1 2 3 6