Navigation : fonte des glaces

En seulement huit ans, le Groenland a ajouté plus d’un demi-centimètre d’eau à l’ensemble des océans de la planète. Le résultat d’une accélération de la fonte des glaces qui, pendant ces huit années, a été huit fois plus rapide que pendant les années 1980.

Il traversait à pied une région des Alpes orientales, à 3200 mètres d’altitude. Il avait manifestement prévu marcher un bout de temps encore, à en juger par le contenu de son estomac, tel qu’il serait révélé par l’autopsie: parce que l’homme d’environ 45 ans avait été mortellement blessé au dos par un objet contondant, une heure seulement après avoir pris son dernier repas.

La récente canicule aurait fait 70 décès au Québec, dont 34 à Montréal seulement, selon le ministère québécois de la santé, alors que la température avoisinait les 35 °C toute la semaine dernière. De nombreux pays de l’hémisphère nord, du Canada à l’Écosse en passant par le nord de la Sibérie, en Russie, ont aussi enregistré des records de température.

L’humanité a désormais moins de dix ans pour adopter des mesures afin de freiner la fonte des glaces du continent polaire. L’Antarctique a perdu trois milliards de tonnes de glaces, ce qui correspond à une augmentation du niveau de la mer de huit millimètres depuis 1992, d’après une cinquantaine d’organisations scientifiques internationales, rapporte El Pais le 13 juin.

Les médias ont fait grand cas la semaine dernière d’une étude annonçant une hausse des océans de plus d’un mètre si la fonte de l’Antarctique s’accélère. Mais la véritable inquiétude est ailleurs: la fonte de l’Antarctique pourrait être bientôt impossible à arrêter.

Le mois de janvier a battu un record (encore). Le cyclone qui a frappé les Fidji pourrait en être une conséquence. Mais en attendant, ce sont les records battus dans l’Arctique qui intriguent — et inquiètent.

Alors qu’au Sud certains se questionnent encore sur son ampleur, au Nord, le réchauffement s’accélère. Il fait plus chaud que jamais dans l’Arctique: septembre 2015 battait par exemple septembre 2014 de 1,3 degré C. Cela inquiète d’autant plus qu’on apprenait récemment que le glacier géant de Zachariae Isstrøm, dans le nord-est du Groenland, fond en accéléré depuis 2012.