Navigation : film pour enfants

Cinéma / Télévision
0

Dans la peau de Dolittle, Robert Downey Jr. perd la carte à notre place

Drôle de visionnement que cette relecture « disney-isé » de Dolittle délaissant les décors modernes des versions de Eddie Murphy et s’entourant de CGI et de faux animaux, alors qu’il devient évident dans tous les recoins qu’on ne savait plus où donner de la tête pour sauver le projet du naufrage. L’échec finit par surpasser la fascination malsaine qui nous habite toutefois tout du long.

Cinéma / Télévision Une affiche du film Secret Life of Pets 2
2

S’en remettre aux restes avec The Secret Life of Pets 2

Sans le moindre désir d’aller au-delà de la proposition originale, cette suite foncièrement inutile au néanmoins mignon et valable The Secret Life of Pets est le summum de la production opportuniste qui, tout en faisant tout pour s’emparer sans vergogne du pognon du public cible, ne manque pas de noyer son long-métrage dans des idéologies douteuses et problématiques.

À la une
1

Rembobinage #10: Lego Movie et Lego Batman

Parfois, il n’y a rien de mieux que des films « pour enfants » pour se détendre et passer un bon moment, que l’on soit en famille ou seul devant son écran. Énormes succès commerciaux – et excellents coups de pub –, les films Lego Movie et Lego Batman sont au coeur de ce 10e épisode de Rembobinage.

Cinéma / Télévision
1

La course des tuques: « Lâche-moi le péteux! »

La genèse d’une suite naît toujours d’un succès et celle, inattendue, du remake animé du film culte La guerre des tuques apparaît aussi absurde que son prédécesseur. Néanmoins, celle-ci risque de plaire grandement aux amateurs du premier, provoquant toutefois une plus grande détresse chez tous ceux qui ont souffert lors du premier tour de piste.

Musique
2

Soirée cinéma avec l’OSM et Steven Spielberg

Dans le cadre de ses démarches pour rajeunir et diversifier le public assistant à ses concerts, l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) présentait mardi soir une projection du film E.T., l’extraterrestre. Pour l’occasion, la cheffe Dina Gilbert était aux commandes des musiciens pour donner vie à la fantastique trame sonore concoctée par le non moins excellent John Williams.