Navigation : fao

Du jamais vu depuis près d’un an et demi: selon les plus récentes données publiées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les prix des denrées alimentaires ont chuté à leur plus bas en 17 mois en raison de la pandémie de COVID-19.

Trouver le point d’équilibre entre la nourriture saine et la protection de l’environnement: voilà le défi des diverses économies de la planète, alors que la population continue de croître et que les problèmes de santé liés à la nourriture industrielle se multiplient.

Insectes essentiels pour assurer la pollinisation des différentes espèces de fleurs, et ultimement la reproduction de divers végétaux servant à produire une bonne partie des aliments que nous consommons, les abeilles sont mises à mal par divers phénomènes environnementaux, et les Nations unies appellent à intensifier les efforts de protection des pollinisateurs.

L’avertissement est « sévère »: trois agences des Nations unies, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’UNICEF et le Programme alimentaire mondial, soutiennent que le temps presse pour sauver des centaines de milliers de vies en République démocratique du Congo (RDC).

Dans le cadre d’une mise en garde voulant que la diminution des ressources naturelles et les changements climatiques aient « mis en danger » la capacité future de l’humanité pour s’alimenter, les Nations unies ont souligné mercredi que si la planète était encore en mesure de produire suffisamment de nourriture, des « transformations majeures » étaient nécessaires pour rendre cette production viable à long terme et s’assurer que l’ensemble de la race humaine puisse en profiter.