Navigation : exploration

Une trentaine d’années après le premier Rage, jeu de tir à la première personne se déroulant dans un monde post-apocalyptique, voilà que le ranger Walker – un homme ou une femme, selon le choix du joueur – devra venger la mort de sa mentor aux mains du terrifiant général Cross, mi-homme, mi-robot, qui dirige la non moins terrifiante Autorité. Bienvenue dans Rage 2.

Mais qu’allions-nous faire dans cette galère? Il ne fait nul doute que les développeurs de Kerberos Production aiment leur univers d’un amour éternel, mais avec cette nouvelle itération du jeu The Pit, ici transformé en un jeu de tir à la première personne aux accents rogue-lite, on peut se demander si cet amour ne tient pas plutôt de l’obsession.

Il y a de ces jeux qui veulent non seulement ébranler les colonnes du temple, mais carrément casser le moule des jeux d’exploration qui triturent nos méninges. Avec Superliminal, les gens de chez Pillow Castle passent bien près de réussir quelque chose de franchement impressionnant.

L’épave sous-marine la plus célèbre du monde est en train d’être « consumée par l’océan » et « renvoyée à son état élémentaire ». C’est la façon dont ont été présentées les premières images du Titanic en 14 ans.

Alors que des scientifiques commencent à peine à percer les mystères de la faune sous-marine, l’industrie minière s’intéresse aux gisements riches de minéraux rares qui reposent au fond des océans. Pendant ce temps, la communauté scientifique s’inquiète des dommages que pourrait causer l’exploitation des gisements océaniques sur cet environnement fragile.

Il aura fallu près de trois ans pour comprendre. Trois ans, oui, et environ 200 heures de jeu pour bien saisir toute la profondeur et l’intérêt d’Elite: Dangerous, le simulateur spatial développé par Frontier Developments. Exigeant, ce titre? Absolument. Mais cet investissement en temps et argent est-il justifié? Oui… et non.

L’an de grâce 1923, quelque part en Norvège: Edward Charles Harden, accompagné de la jeune Lissie, arrive finalement à Graavik, un petit village coincé dans un fjord. Dans le cadre d’un polar excessivement bien exécuté, Edward devra tirer son épingle du jeu et survivre face au terrifiant Draugen.