Navigation : epa

Pris à son propre piège ? Depuis son arrivée à la tête de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), le climatosceptique Scott Pruitt se présente comme un défenseur de la « transparence » en science, lorsqu’il affirme que les changements climatiques ne sont pas causés par l’activité humaine. Or, voilà qu’un juge vient de lui demander de publier ses sources.

Le programme de restauration des Grands Lacs était en voie d’être supprimé en mars, la suppression a été annulée en avril. Mais la voici qui réapparaît. Dans la proposition de budget 2018 déposée cette semaine par la Maison-Blanche, ce programme environnemental, comme plusieurs autres, passe à nouveau dans la déchiqueteuse.

Moins spectaculaires que ses décrets sur l’immigration, les attaques de Trump contre l’environnement n’en ont pas moins été nombreuses pendant ses 100 premiers jours. Et ce qui inquiète les environnementalistes, c’est que ça ne fait que commencer: un grand nombre de pions commencent tout doucement à avancer sur l’échiquier…

« Si nous perdons l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA), nous perdons le lac Érié. » Une déclaration qui a frappé les esprits, lors de la rencontre annuelle de scientifiques et de fonctionnaires canadiens et américains sur l’avenir des Grands Lacs, tenue la semaine dernière à l’Université de Windsor.

Les groupes environnementaux américains se préparent au pire. Ont-ils raison de s’inquiéter? D’un côté, Trump leur a donné toutes les raisons d’avoir peur de lui. De l’autre, il n’est pas encore président que le rétropédalage semble avoir commencé.