Navigation : énergie atomique

Inutile de dire qu’au plan scientifique, tout ce qui tourne autour de la COVID — en particulier les vaccins et les variants — sera suivi de très près cette année. Mais à quoi d’autre faut-il s’attendre en 2021?

Pour amoindrir les impacts des changements climatiques, la proportion de l’énergie produite selon des méthodes faibles en émissions de CO2 doit passer de 36%, aujourd’hui, à 85% d’ici 2040, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). L’AIE et d’autres partisans du nucléaire affirment que l’énergie atomique pourrait jouer ce rôle.

Les pressions exercées sur Donald Trump afin qu’il change d’attitude vis à vis de l’accord sur le programme nucléaire iranien n’ont pour l’heure donné aucun résultat, si bien que le président américain d’apprête à « décertifier » cet accord, au risque d’isoler les États-Unis. 

Il n’est pas étonnant que des gens poursuivent des recherches sur la fusion froide. Mais que des millions de dollars continuent d’y pleuvoir peut laisser perplexe, étant donné la maigreur des résultats… et le climat de méfiance et d’acrimonie qui entoure certains gros joueurs.