Navigation : élevage

Les fausses nouvelles suivent souvent des parcours tortueux qui rendent difficile de retracer l’origine de la rumeur. En comparaison, une fausse nouvelle sur Joe Biden et la viande a suivi cette semaine un parcours tellement simple qu’elle constitue un cas d’espèce de la facilité avec laquelle la désinformation peut rallier des millions de personnes.

Nouveau pavé dans la mare dans la lutte contre les changements climatiques: si l’utilisation de combustibles fossiles pour produire de l’énergie et permettre à nos véhicules de circuler est considérée comme la principale source de gaz à effet de serre, et donc des changements climatiques, une nouvelle étude rappelle que le système agricole doit lui aussi être transformé de fond en comble pour espérer limiter les dégâts environnementaux à venir.

Des pandémies qui surviendront plus rapidement et plus fréquemment; des économies nationales encore plus touchées par les impacts de ces maladies mortelles… D’éminents chercheurs mettent en garde contre les conséquences catastrophiques, pour notre civilisation, si nous ne cessons pas immédiatement certaines pratiques particulièrement délétères, comme la déforestation massive.

Une poignée de compagnies d’élevage seraient responsables d’avoir volontairement allumé des feux en Amazonie, la plus grande forêt tropicale du monde, pour ensuite récupérer les terres pour y installer des fermes, affirme un nouveau rapport de l’organisation environnementale Mighty Earth. 

Une nouvelle étude s’est penchée sur la façon dont les subventions agricoles européennes sont distribuées, et ce jusqu’au niveau local. Les données révèlent que des milliards d’euros sont en fait distribués aux régions agricoles qui provoquent le plus dégâts environnementaux, et où les fermes sont déjà dans une situation financière avantageuse. Le tout aux dépens des régions les plus biodiversifiées et les plus pauvres, qui sont les parents pauvres du système.

La même étude, deux interprétations. Selon Le Monde, « Une agriculture 100 % biologique pourrait nourrir la planète en 2050 ». Alors que selon le New Scientist, « Si nous mangions seulement bio, ce serait un désastre environnemental ». Comment expliquer cette contradiction?

Y a-t-il vraiment 4500 litres d’eau dans un steak? Pour répondre à cette question, qui nous a été posée par un lecteur, il faut se référer à une mesure appelée l’empreinte eau, qui désigne le volume d’eau douce nécessaire à la production d’un produit ou d’un aliment.