Navigation : ebola

Même après le décès, la COVID-19 continuerait de veiller, rapporte le Scientific American. Un premier cas d’infection post-mortem vient en effet d’être signalé. De quoi faire en sorte que les procédures de désinfection en usage dans les salles d’opération soient aussi appliquées dans les unités de pathologie et médicolégales.

Depuis 42 ans, toutes les éclosions du virus Ebola ont fini par s’éteindre d’elles-mêmes, parce que le virus a fini par être contenu. Or, pour la première fois, cette semaine, le directeur du Centre de contrôle des maladies d’Atlanta (CDC) prévient que celle qui sévit actuellement au Congo pourrait devenir permanente.

Pendant que, au Congo, la riposte à l’éclosion d’Ebola s’organise avec une efficacité saluée par les organismes internationaux, les cartes géographiques rappellent qu’on part de loin. Celles qui, le 17 mai, situaient les premiers cas d’Ebola, étaient… fausses.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement annoncé jeudi la fin de la propagation d’Ebola au Liberia et l’arrêt de « toutes les chaînes connues de transmission en Afrique de l’Ouest », ravagée par la plus grave épidémie depuis l’identification du virus il y a 40 ans, écrit l’Agence France-Presse.