Navigation : droite

Malgré la résurgence de certains mouvements nationalistes, y compris la montée en puissance de l’extrême droite en France et aux États-Unis, notamment, la majorité de la population occidentale a peu à peu élargi sa vision de l’identité nationale. Selon un récent coup de sonde du Pew Research Center, cette vision est partagée autant aux États-Unis qu’en France, en Allemagne ou au Royaume-Uni. La connaissance de la langue officielle demeure toutefois un facteur très important pour l’acceptation des nouveaux arrivants dans ces pays.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, la médecine parallèle et l’extrême droite se rapprochent depuis des années. La COVID-19 a toutefois consolidé cette tendance, en plus de l’ancrer dans le conspirationnisme. Qu’est-ce qui explique cette connivence?

Quoi qu’en pense le président américain Donald Trump, qui clame avoir redonné sa « grandeur » à l’Amérique, les autres pays du monde ont une bien piètre image du chef d’État. Le pays de l’Oncle Sam, toutefois, profite d’un peu plus de clémence, selon un récent coup de sonde effectué pour le compte du Pew Research Center.

Sous l’appellation Wexit, les Québécois profiteurs d’une redistribution injuste des richesses à l’échelle canadienne se sont métamorphosés en modèle collectif pour atteindre l’indépendance. L’Alberta et la Saskatchewan, désignées comme l’Ouest, ont-elles ce qu’il faut pour y arriver?

Peut-on pervertir l’écologie à des fins racistes ? Certains essaient. Car voilà qu’au milieu des « manifestes » de tueurs de l’extrême droite, apparaît un nouveau blâme à mettre sur le dos des immigrants: la destruction de l’environnement.

À l’exception de la Bolivie et de l’Uruguay, les principaux gouvernements sud-américains et la communauté internationale, voire les États-Unis et leurs alliés, ont soutenu au Venezuela le 23 janvier le président autoproclamé de droite, Juan Guaidó contre le président Nicolas Maduro de gauche. À l’écoute du refrain de la guerre froide, le sociologue et analyste politique chilien Raúl Sohr appelle à ne pas être paternaliste envers ce peuple en état de crise.

La social-démocratie suédoise idéalisée par le candidat à la présidence américaine en 2016, Bernie Sanders va se maintenir en échange d’un virage vers la droite. Le pacte du chef social-démocrate Stefan Löfven avec deux partis d’opposition implique une diminution des impôts et des réformes en faveur du milieu des affaires, rapporte Reuters le 11 janvier.