Navigation : données personnelles

Une nouvelle étude de l’Université James Cook avance que les restrictions toujours plus complexes de nombreux sites web en matière de sécurité des mots de passe mènent souvent à la frustration des utilisateurs et entraînent de mauvaises pratiques pour protéger les données et autres services normalement cachés derrière des portes numériques closes.

La pandémie aura profondément transformé le secteur de la vente au détail. Privées de consommateurs en magasin en raison des confinements, les entreprises se sont massivement tournées vers les achats en ligne, quand elles avaient l’occasion de le faire. Selon une récente étude de spécialistes liés au magazine The Economist, cet aspect de la vente au détail devrait ainsi venir à représenter le cinquième de toutes les ventes mondiales d’ici 2025.

Votre identité – informations personnelles, comptes bancaires, mots de passe et numéro d’assurance sociale, par exemple – est à vendre en ligne. Et il vous en coûtera moins que le salaire horaire moyen pour vous procurer des informations qui ne devraient normalement jamais circuler librement sur le web, révèle une nouvelle étude.

Avec une popularité qui continue à croître, les VPN, les réseaux privés virtuels, sont utilisés pour atteindre plusieurs objectifs, objectifs qui tournent généralement tous autour de l’idée de naviguer en ligne sans qu’un site web, qu’un fournisseur d’accès, ou que d’autres services et systèmes puissent déterminer l’emplacement géographique d’un internaute, et ultimement l’identifier. Lorsque de tels services d’anonymat sont gratuits, toutefois, il y a probablement anguille sous roche, estime une nouvelle étude.

Est-il véritablement possible de cacher complètement ses gestes en ligne? Des chercheurs, publiés dans l’International Journal of Electronic Governance, ont tenté de savoir si une série de cinq applications « anonymes » pour médias sociaux sont véritablement sécuritaires, ou si elles permettent plutôt à des tierces parties d’avoir accès à des informations personnelles ou de suivre les utilisateurs à la trace.

Les Canadiens seraient à l’aise avec une intégration plus poussée de l’intelligence artificielle en entreprise, mais demeurent toutefois méfiants par rapport aux possibles fuites de données et autres traitements inattendus ou inappropriés de leurs informations personnelles ou financières, révèle un récent sondage de la Banque TD.

L’application mobile FaceApp, particulièrement populaire sur les réseaux sociaux depuis le début de la semaine, entre autres grâce à sa fonction de « vieillissement » des internautes, doit faire l’objet d’une enquête du FBI et du gendarme des marchés financiers, la Federal Trade Commission, réclame Chuck Schumer, chef de la minorité démocrate au Sénat des États-Unis.

Une nouvelle analyse effectuée par des chercheurs du Oxford Internet Institute (OII), rattaché à l’Université Oxford, permet de prédire que les morts pourraient bien être plus nombreux que les vivants sur Facebook d’ici 50 ans, une tendance qui aura d’importantes implications en ce qui concerne la gestion de notre héritage numérique.