Navigation : culturel

Ultimement, donc, cette première saison de Tokyo Vice est bonne, mais on suit le déroulement de l’intrigue sans très grand enthousiasme. Comme s’il manquait quelque chose… Peut-être est-ce simplement ce journaliste qui s’ennuie de parler de journalisme?

Ce que Téa Mutonji écrit, le lecteur le reçoit en plein visage. Dire que l’expérience est agréable serait bien honnêtement un mensonge, mais l’objectif de la littérature n’est pas nécessairement de faire plaisir. Et c’est tant mieux.