Navigation : culturel

« Ce qui est miraculeux, c’est qu’un dégât des eaux a permis cette découverte »: trouvé par hasard en 2014 dans un grenier de la région toulousaine, un tableau pourrait s’avérer un authentique Caravage, qui plus est une oeuvre majeure du maître italien du XVIIe siècle.

Bigico est spécialisé dans la diffusion de la gigue contemporaine. Pour rappel, la gigue est cette danse traditionnelle rapide principalement exécutée avec les pieds et d’origine irlandaise. Elle est arrivée au Québec avec l’immigration, un peu comme le tap-dancing aux États-Unis. Aujourd’hui, il existe une gigue « contemporaine » dont Bigico, à l’initiative de Lük Fleury son directeur, se fait le représentant en participant à sa reconnaissance, son développement et son excellence.

Concerti Alla Montanari, hé oui, voilà comment la directrice artistique de l’Ensemble Arion, Claire Guimond, a choisi de titrer le concert qui voyait revenir l’admirable soliste et chef invité Stefano Montanari. En effet, nombreux sont ceux qui se souviennent de son passage à la Salle Pierre-Mercure avec Arion, il y a quelque années, pour une interprétation très personnelle et tout autant spectaculaire des Quatre saisons d’Antonio Vivaldi.

Le géant du divertissement Vivendi a annoncé mardi dernier le lancement des « premières téléséries haut de gamme pour téléphones intelligents », avec un ensemble de 25 dramatiques, chacune formée de 10 parties de 10 minutes.

Alors que la réalité virtuelle prend peu à peu d’assaut notre 21e siècle, Hardcore Henry a envie de révolutionner le cinéma et d’offrir une proposition qui ne manque certainement pas d’audace. Dommage, toutefois, que ses tours de passe-passe soient tous sauf suffisants pour impressionner, lassant plus rapidement qu’autrement son spectateur au lieu de l’emplir d’énergie.

Cinq gars, cinq filles, trois planches de plywood. C’est tout. Pas de décors grandioses, pas de flafla. Juste l’essentiel. « Juste » des corps. On sent tout de suite que les dix acteurs en ont long à dire et qu’ils ne mettront pas de gants blancs jusqu’aux coudes. D’entrée de jeu, la voix de Jean Charest et une foule qui manifeste. Ça vous rappelle quelque chose?

À deux ans de la fin de règne du PDG de Disney, Robert (« Bob ») Iger, sa succession est totalement remise en question par le départ surprise de celui qui était considéré comme son dauphin, à un moment déjà délicat pour le groupe confronté au virage numérique.

Après le grand nettoyage de l’univers étendu de Star Wars par Disney suite au rachat de Lucasfilm – ou plutôt sa mise à mort pure et simple -, il restait bien peu de contenus « officiels » divergeant des six (et maintenant sept) films. Heureusement, si le nouveau propriétaire a offert un Épisode VII sans grand frisson, la série Star Wars Rebels (Star Wars Rebelles au Québec) prouve que l’on peut innover sans se trouver trop coincés par les barrières existantes.

Jupiter et Antiope, dit La Vénus du Pardo, l’immense toile de Titien (1488-1576), 3,85 m sur 1,96 m, qui a été décrochée des cimaises du Louvre en 2001, rayonne de nouveau dans le musée, à quelques mètres de la Joconde, dans la salle des Etats où est rassemblée, depuis 2005, la peinture vénitienne. Cette oeuvre magistrale, un des plus grands paysages de Titien, revient de loin, après cinq années de d’examens radiographiques et de soins minutieux dans les laboratoires du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF).