Navigation : courriels

Donald Trump, candidat républicain à l’élection présidentielle américaine, s’est efforcé jeudi d’apaiser le tollé provoqué par ses propos de la veille dans lesquels il appelait la Russie à retrouver des milliers de courriels « manquants » dans la messagerie de son adversaire démocrate, Hillary Clinton.

Le directeur du FBI, James B. Comey a recommandé de ne pas intenter de poursuite criminelle envers Hillary Clinton pour avoir utilisé sa messagerie personnelle au moment où elle occupait la fonction de secrétaire d’État. Alors que le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, a affirmé qu’il rendrait publics les courriels de l’ex-secrétaire d’État, d’après le Guardian du 16 juin.

La candidate démocrate à la Maison-Blanche Hillary Clinton a rejeté jeudi lors d’un débat la perspective d’une inculpation dans l’affaire de sa messagerie privée, qu’elle a utilisée lorsqu’elle était secrétaire d’État (2009-2013) en lieu et place d’un compte officiel, rapporte l’Agence France-Presse.