Navigation : courriels

Les plateformes numériques ont profondément transformé la façon dont nous consommons l’actualité. Il est souvent tenu pour acquis que l’utilisation des réseaux sociaux et des moteurs de recherche a eu un impact négatif sur la diversité des nouvelles auxquelles la population a accès. Cela est souvent attribué aux filtres algorithmiques utilisés par ces intermédiaires, qui n’affichent que les informations qui correspondent aux intérêts et préférences individuels. Une nouvelle étude prouve cependant que tel n’est pas le cas.

Donald Trump a défendu mercredi sur Twitter la probité de son fils aîné Donald Trump Jr, qui a reconnu avoir accepté de rencontrer une femme présentée comme une avocate du gouvernement russe susceptible d’avoir des informations pouvant nuire à la démocrate Hillary Clinton lors de la campagne électorale 2016. 

L’ironie est savoureuse: après avoir martelé pendant des semaines, voire des mois, que la candidate démocrate défaite à la présidentielle américaine, Hillary Clinton, ne méritait pas d’entrer à la Maison-Blanche, voilà que l’actuel locataire des lieux, Donald Trump, se retrouve dans une eau non plus chaude, mais bouillante, justement en raison d’échanges de messages impliquant son fils, Donald Trump Jr.

James Comey, directeur du FBI, a informé le Congrès dimanche que l’examen de courriels d’Hillary Clinton découverts récemment n’avait rien changé aux conclusions formulées en juillet, qui recommandaient de ne pas poursuivre la candidate démocrate à la présidentielle de mardi.

L’équipe d’Hillary Clinton a tenté dimanche de reprendre l’initiative dans l’affaire des mails privés qui plombe la campagne de la candidate démocrate depuis le début et qui ressurgit au pire moment, à dix jours de la présidentielle du 8 novembre.

La Russie a lancé jeudi aux États-Unis que le pays de l’Oncle Sam devait aller au fond des choses en ce qui concerne le scandale de piratage informatique impliquant des courriels du Parti démocrate, et a rejeté ce que Donald Trump a qualifié de suggestion sarcastique voulant que Moscou aille trouver les courriels « manquants » d’Hillary Clinton.